• 3522 visits
  • 12 articles
  • 498 hearts
  • 703 comments

SOMMAIRE!!!! :D 27/10/2016

 
              
 
                                                                 FICTIONS:  
 
Fiction n°1: "Une chose incontrôlable"
 
Couples: Zoro x Nami, surprise..
Manga: One Piece
Mode: Vie extérieure.
 
 Chapitre 1: ICI    Chapitre 2ICI


Fiction n°2: "Ma propriété"


Couple: Zoro x Nami. Francky x Robin.
Manga: One Piece
Mode: Vie de pirates.
 
Chapitre 1: ICI    Chapitre 2: ICI   Chapitre 3: ICI  Chapitre 4: ICI


                                                  ONE-SHOOTS:


One-Shoot n°1: "Le meilleur des anniversaires"

Couple: Zoro x Nami.
Manga: One Piece.
Mode: Vie extérieure.
 
Unique partie: ICI
 
One-Shoot n°2: "Quand l'amour est plus fort que tout"
 
Couple: Zoro x Nami.
Manga: One Piece.
Mode: Vie de pirates.
 
   Partie 1: ICI       
 
One-Shoot n°3: " Des opposés attirés"
 
Couple: Migna [OC] x Atem
Manga: Yo- Gi- Oh (pour Atem)
Mode: Vie extérieure.
Avertissement: LEMON EXPLICITE! A ne pas lire en cas d'âme sensible!


Unique partie: ICI

                                                                     NOUVELLES:


Nouvelle inventée n°1: "L'histoire d'un garçon maltraîté"
 
Unique partie: ICI


Tags : SOMMAIRE!!

Mes petits prévenus chéris <3(oui,je suis bizarreXD) 25/09/2016

                                                             


 
                                                                      LISTE DES PRÉVENUS ;):
 
-law19zoro
 
-Kassandre3
 
-Aishiteimasu-Saran-Shigo
 
-FictionMangaEnBazarre
 
-Unetitefandemangas
 
-Rose-noir14
 
-Mirajane-Strauss
 
-Dark-Erza
 
-La-folle-des-manga021
 
-SWAGxLaw1
 
-Amour-de-Sakura
 
-Amy One piece
 
-Fadaorphanblack
 
-ZoNa
 
-Amour-Des-Anges
 
-Prec-Poete
 
-La-Ptite-Plume

-Mylahe

-Amour-de-Manga (que pour meurtres ou lem')
 
-leroy2301
 
-reymos

-Kanna46
 
-Ft-Luxus
 
-Dai-No-Konran
  
-OnePiece-Couples-Autres 
 
-avalon-325
 
-LucyGray-NamiZoro
 
-elena33130
 
-Histoire-Diverse
 
-Themys1987
 

Si vous voulez être prévenus pour savoir quand arrivera la suite(petits curieux^^),laissez un commentaire pour me le dire!! :D

Tags : Prévenus.

One-Shoot: Zoro x Nami, "Le meilleur des anniversaires". 17/04/2017

 
One-shoot 2, Zoro x Nami: "Le meilleur des anniversaires"
 

One-Shoot: Zoro x Nami, "Le meilleur des anniversaires".

 
Lui, était assit, les mains crispées sur ses jambes. Elle, arriva, un sourire joyeux collé aux lèvres. Il déglutit, lorsqu'elle déposa l'assiette pleine de nourriture, qu'elle avait spécialement préparée pour ce jour si spécial.
 
Nami: Joyeux anniversaire, Zoro!
 
Elle lui sourit tendrement, et fit le tour de la table à manger. Elle l'enlaça gentiment par derrière et lui embrassa la joue. Le vert regardait fixement l'assiette posée devant lui. Son visage s'illumina d'un faux sourire, connaissant parfaitement les talents culinaires de la rousse.
 
Zoro: Merci...Mais, fallait pas te donner tant de mal pour ça!
 
Le rire de la rousse le crispa un peu plus. Il ne voulait pas la vexer, ni manger ce plat.
 
Nami: Ne t'en fais pas!, lança-t-elle, tandis que sa main attrapa la fourchette posée à côté de lui. Tiens, goûte!
 
Il attrapa l'objet qu'elle lui tendait. Ses mains tremblaient légèrement. Il essaya de planter la fourchette dans ce qui devait être une pomme de terre. Après au moins deux essais, il parvint à perforer cet aliment.
 
Nami: Allez, mange!..Je suis sûre que tu vas adorer!
 
Zoro: Je n'en doute pas., répliqua-t-il, la mâchoire crispée.
 
Il rassembla tout le courage qu'il avait et mit la fourchette en bouche. Il ferma les yeux, se préparant déjà à une intoxication alimentaire. Mais, à sa grande surprise, cela n'avait pas le goût de brûlé, ni la solidité d'une pierre, ou au contraire, l'humidité d'un lac. Sa respiration s'arrêta, et il laissa tomber la fourchette dans l'assiette. Un léger bruit résonna dans la pièce. C'était plutôt bon, même délicieux.
 
Nami: Alors? , rit-elle. Tu trouves ça comment?
 
De son pied droit, le vert recula la chaise qui se trouvait à sa droite, et attrapa le poignet de la rousse, posé sur sa propre épaule. Il la tira, et la jeta presque sur la chaise. Un hoquet de surprise traversa la barrière des lèvres de la rousse.
 
Zoro sourit ironiquement, malgré son regard noir.
 
Zoro: Nami?, demanda-t-il le plus calmement possible.
 
Nami: Zoro?, répliqua-t-elle, joueuse.
 
Zoro: Tu as cuisiné ça toute seule?
 
Le silence qui s'en suivit confirma ses doutes. Il ferma les yeux, et inspira fortement. Il mit ses mains sur ses genoux, et se releva, lentement.
Le vert se répéta:
 
Zoro: Nami. T'as fais ça seule ou pas?
 
Nami: Non..Sanji est resté ici toute l'après-midi pour m'aider., lui répondit-elle, tranquillement. C'était d'ailleurs très gentil de sa part.Tu sais comment il est, il ne raterait pas une occasion pour m'aider.

Le sang du vert ne fit qu'un tour. Son regard s'assombrit de plus en plus, et son poing se serra presque automatiquement. Sa colère s'accentua de plus belle en voyant un sourire naître à la commissure des lèvres de la rousse.
 
Zoro: Donc, tu es en train de me dire, que toi et ce foutu cuistot de merde, avez passé toute une après-midi ensemble pour cuisiner des putains de patates?!
 
Il désigna de son doigt l'assiette toujours posée sur la table. La rousse se leva à son tour, tandis qu'un rire lui échappa, malgré tous les efforts qu'elle avait fait pour se retenir. Elle passa ses bras autour de la nuque de son homme, et sautilla légèrement. Ses jambes se retrouvèrent entourées autour de la taille du bretteur. Son regard toujours aussi sombre la fusillant, il encercla sa fine taille de ses forts bras.
 
Elle répondit en riant:
 
Nami: C'est ça, tu as tout compris. Pas la peine d'être jaloux, tu sais..
 
Taquine de nature, elle lui caressa la joue. Il se braqua immédiatement, et rejeta sa main.
 
Zoro: Ne rêve pas. Pourquoi est-ce que je serai jaloux d'une sale sorcière et d'un cuistot de merde?
 
Le coup de poing qu'il reçu lui fit immédiatement regretter ses paroles.
 
Nami: Comment est-ce que tu viens de me traiter, marimo de merde qui n'est pas foutu de marcher sans se pommer?!
 
Les mains du vert serrèrent fortement la taille de la rousse.
 
Zoro: Teme! J'ai dis que tu étais une sale sorcière, t'as pas compris ou quoi?!
 
Elle hurla en le frappant de nouveau. Puis, elle reprit, la voix chargée d'haine et de colère:
 
Nami: Puisque tu trouves que je suis une si sale sorcière, je préfère aller voir le "cuistot de merde", qui par la même occasion, est mille fois mieux qu'un marimo insultant!
 
Elle se dégagea rapidement et violemment de l'emprise de Zoro. En moins d'une seconde, elle se retrouva devant l'entrée de l'appartement. Elle tendit son poing serré de colère afin d'attraper son manteau, qui ne tarda pas à atterrir par terre.
 
La rousse sursauta en sentant la main du vert tenir fermement son poignet, qu'elle essaya de dégager de toutes ses forces. En vain.
 
Zoro: Tu n'iras nulle part, femme. Encore moins chez cet enfoiré!
 
Nami: Lâche-moi tout de suite, salaud!..Tu te prends pour qui?!..Je voulais juste te faire plaisir, et toi, tu commences à péter un câble..!
 
Il soupira, elle était vexée. Et énervée en plus de cela.
 
Zoro: Nami. Arrête tes conneries maintenant!
 
Il évita de justesse un troisième coup de poing. Il grogna fortement de rage, et s'abaissa pour prendre les jambes de la rousse, qui se débattait le plus possible.
 
En moins de temps qu'il ne lui fallu pour comprendre ce qui lui arrivait, la jeune rousse se retrouva sur les épaules du vert, les poignets fermement enfermés par l'une des mains de celui-ci, et les jambes maintenues par son autre main. Cette fois, aucun moyen de s'échapper.
 
Elle lui mordit la nuque, il faillit lui hurler dessus, en réponse à ce geste si chaleureux.
 
Zoro: Calme-toi, bordel!..Tu fais chier, Nami!
 
Nami: Ta gueule! Je t'ai dis de me lâcher, je veux partir!
 
Elle le mordit de plus belle, il grimaça de douleur. Arrivés dans la chambre à coucher, il la jeta au-dessus du lit, qui grinça sous le saut du bretteur. Il atterrit au-dessus d'elle.

Elle lui tapa le torse de toutes ses forces, de ses mains, que le vert ne tarda pas à attraper.Il passa les bras de la rousse des deux côtés de la tête de celle-ci, qui la fusillait de son regard le plus sombre.

Zoro: T'es vraiment qu'une sale sorcière, Nami!

Nami: Et toi, un marimo de merde! Espèce de...!

Un soupire remplaça la fin de sa phrase, lorsqu'elle le sentit lui mordre la base du coup. Instinctivement, elle se colla un peu plus à lui, et se mordit la lèvre inférieure.

Nami: En..-foi..-ré..!

Il rit doucement, et releva la tête. Ses yeux verts se perdirent dans le regard de la rousse.
 
Zoro: C'est bon, t'es calmée?
 
Nami: Non., répondit-elle, d'une moue boudeuse.
 
Zoro arqua un sourcil, un sourire en coin apparut sur son visage. Il baissa de nouveau la tête, et recommença sa douce torture. Il laissa une pluie de baisers langoureux sur son passage.
 
La rousse ne put retenir un gémissement de plaisir. Elle rassembla les forces qui lui restaient, et dégagea l'une de ses mains de l'emprise du vert, concentré sur la tâche qu'il remplissait.
 
Sa main se perdit dans la chevelure verte de cet homme. Elle lui releva la tête, et l'embrassa passionnément. Il lui répondit, retrouvant cette saveur de mandarine qu'il aimait tant goûter.

Nami se  sépara doucement de lui, ses lèvres se formèrent en un léger sourire, tandis que sa main caressa doucement la joue de Zoro. Il ferma les yeux.
 
Nami: Joyeux anniversaire..
 
Il rit doucement, avant d'encercler son visage de ses deux mains.
 
Zoro: Merci! Ma copine a faillit passer la soirée avec un de mes pires ennemis...C'est le meilleur anniversaire de ma vie!
 
Il rit une nouvelle fois, évitant un énième coup de poing de la part de la rousse, qui attrapa le col de sa chemise, et l'embrassa fougueusement.
 
                                                     Fin.^^
 
One-Shoot: Zoro x Nami, "Le meilleur des anniversaires".

 
11 Novembre, anniversaire de Roronoa Zoro.
 
-----------------------
 
Boujour à vous, chers lecteurs! Tout d'abord, je tiens réellement à m'excuser de mon interminable absence. Le problème est qu'avec mon propre ordinateur, j'ai un problème de connexion, provisoire, que ma mère passe son temps sur le PC (merci hein --'), et que mon frère est, bien sûr, trop radin pour me prêter le sien. (Pas d'inquiétude, je connais son mot de passe, hihi!). Je continue bien sûr d'écrire, énormément! Plusieurs écrits son bouclés, et d'autres, commencés! Je ne tarderai pas à régler ce problème, et à revenir! En attendant, j'espère que cet OS que j'ai écrit en cette soirée pluvieuse vous plaira^^ Dîtes-moi honnêtement ce que vous en avez pensé. Pleins de bisous!! :D

Tags : OS 3: Zoro x Nami

Two-Shoot 2,Partie 1: Quand l'amour est plus fort que tout. 28/01/2017

 
Two-Shoot : Quand l'amour est plus fort que tout. Partie 1.
 
 
Ecriture :



Un combat. Du sang. Des morts. Voilà à quoi se résumait le début de journée de nos chers mugiwaras,qui s'étaient battus contre une seule et même personne,accompagnée de ses coéquipiers. Don-Krieg,terrifiant et réputé pirate,naviguant sur Grand-Ligne.
 
L'équipage au chapeau de paille avait remporté ce combat haut la main,en particulier grâce au capitaine,Monkey D. Luffy. Ils avaient tous étaient invités à une soirée,suivie d'un luxueux dîner,au restaurant le plus réputé et populaire de Grand-Ligne,qui pour nom a « Le Baratie. ». Il faut dire qu'ils avaient rendus un sacré service à Zeff,chef-cuisinier du restaurant en question,qui avait perdu la moitié de ses clients de cette journée,en battant cet homme qui provoquait foule et terreur.

Vingt heures et cinquante-trois minutes. Voilà l'heure qu'affichait l'horloge,accrochée à l'extérieur du bateau-restaurant,où se trouvait actuellement une jeune,talentueuse,mais pourtant si mystérieuse navigatrice,du nom de Nami. La rousse soupira. *C'est vraiment dommage...*

Elle allait bientôt devoir s'en aller,loin d'ici,rejoindre une personne qu'elle ne portait pas spécialement dans son c½ur. Voire même pas du tout. Après tout,qui donc aimerait l'assassin de la femme que l'on considère comme sa mère ? Sûrement pas elle.

Arlong était un Homme-Poisson,réputé pour sa cruauté,qui vivait avec plusieurs de ses hommes(poissons..),sur l'île de Kokoyachi,le village natale de Nami,qui avait été piégé,volé,et pour finir colonisé par lui et sa troupe.
Nami soupira une nouvelle fois. A croire que c'était tout ce qu'elle avait de mieux à faire. Elle observa la mer,puis le coucher de soleil,qui laissait apparaître une magnifique et douce couleur.

Après quelques secondes de tranquillité,accompagnées de la musique sur laquelle dansaient quelques clients du navire et ses futurs anciens compagnons,Nami se décida d'aller rejoindre le reste de l'équipage.
De belles tables décorées,ainsi que des couverts,tapis et lustres donnaient à la pièce,qui servait de piste de danse et de salle à manger, une ambiance festive et joyeuse.

La rousse avança vers la table qui servait de buffet,où toutes sortes d'aliments pouvaient se faire voir et goûter. Elle tendit le bras pour goûter un gâteau qu'elle ne connaissait pas...
Il faut dire que ce restaurant méritait la réputation qui lui était attribué. C'était vraiment délicieux !
Elle en prit à nouveau un autre. Même résultat.Elle arrêta sa dégustation là,et se retourna pour admirer la parfaite synchronisation qu'avaient les couples de danseurs.

La rousse sursauta légèrement en sentant une main se poser sur son épaule,appartenant à une personne qu'elle reconnut immédiatement. Son c½ur rata un battement.

......:Quelle bande d'imbéciles. -dit un jeune homme musclé,aux cheveux verts,en faisant un signe de tête vers son capitaine bourré qui riait et dansait en compagnie d'un certain Usopp, qui racontait encore un de ses mensonges.

Nami : Oui,ils ne changeront jamais...Qu'est-ce que tu fais là Zoro ? Moi qui pensais que tu allais te perdre....

Zoro : Eh ! Je te signale que je suis capable d'aller quelque part sans me pommer....C'est pas de ma faute si partout où on va,on atterri dans un labyrinthe ! .....

Nami : Mais oui,mais oui...

Elle rit légèrement,et lui,sourit. La musique changea dans la pièce,ainsi que la danse que prenaient plaisir à entamer les couples de danseurs,tandis que la luminosité diminuait,laissant place à une encore plus agréable et douce ambiance.
Le regard de Nami se perdit une nouvelle fois sur la vue des vagues de la mer qui cognait contre la coque du bateau. Elle avait du mal à croire que dans à peine quelques heures,elle naviguerait dessus,sur une péniche qu'elle volerait quelque part,pour s'en aller loin d'ici. Loin d'eux. Loin de lui...

Elle fut interrompu dans son moment de réflexion,par le bruit d'un certain bretteur qui se racla bruyamment la gorge. Elle dirigea alors son regard vers lui,et fut surprise de constater la main tendu vers elle.

Zoro : Ça te dis de....danser ?
 
La rousse écarquilla les yeux de surprise,devant le spectacle que lui offrait le vert,et se retint difficilement de rire,en constatant qu'il avait tourné le regard,visiblement gêné. La galanterie et lui,cela faisait deux. Elle lui répondit tout de même,ignorant les battements de son c½ur, qui battait si fort,qu'elle pouvait l'entendre et prit silencieusement une grande inspiration.

Nami : Tu essayes de prendre la place de Sanji ou quoi?

La rousse lui sourit,le regard plein de malice, et posa doucement sa main dans la sienne,acceptant silencieusement sa demande.
Tout en la dirigeant vers la piste de danse,il lui répondit à son tour.

Zoro : Tss,ne me parles même pas de ce cuistot de malheur...J'arrive pas à croire que notre imbécile de capitaine lui ait demandé de rejoindre l'équipage.. !

Nami : Arrêtes....Tu exagères,il est tout de même gentil,non? -dit-elle,en riant et en s'approchant de lui.
Elle le sentit se crisper légèrement,pour à nouveau se détendre ensuite.

Zoro : Si tu le dis...En tout cas,moi,il me tape sur le système ce crétin de Love-Cook....

Elle rit à nouveau en entendant le surnom qu'avait donné le vert au blond,à croire qu'ils se connaissaient depuis toujours.
Une fois arrivés sur la piste de danse,Nami et Zoro se placèrent au milieu des autres couples de danseurs,n'incluant bien évidemment pas un certain Luffy qui prenait une poutre pour une personne,à qui il parlait...
Lui,enroula délicatement son bras autour de sa taille,éliminant ainsi tout l'espace qui les séparait,tandis qu'elle,plaça ses deux bras autour de sa nuque. Ils entamèrent alors une danse mouvementée,mais étrangement bien maîtrisée.
Nami : Je ne savais pas que tu savais danser,Roronoa.

Elle le sentit sourire près de son oreille.

Zoro : Moi non plus,à vrai dire...Et toi,où est-ce que tu as appris ?

Comment lui dire qu'elle avait danser dans les bras de plusieurs hommes,pour ensuite leur voler tout leur argent ? Non,mieux valait mentir...Encore..

Nami :...Je ne le savais pas..Disons que j'ai appris en observant...

Zoro : Uhmm,tu apprends vite alors...Pour une fois que tu sais faire quelque chose..

Il rit légèrement en sentant la légère tape que lui infligea la rousse sur le crâne,comme à chaque fois qu'il disait ce genre de chose.
Le reste de la danse se fit dans un agréable silence,accompagné de la belle musique qui résonnait entre les murs de la salle.

Lorsque celle-ci s'arrêta,Nami plaça ses mains sur les épaules de Zoro afin de s'éloigner,à contre c½ur, de lui,s'étant habitué à leur étreinte. Mais à peine eut-elle exercé une légère pression dessus,qu'elle sentit la main du vert se placer au bas de son dos,et la recoller instantanément à lui.
Sa respiration se coupa un instant.

Nami : ......Zoro ?

Zoro :Viens avec moi...

Sa voix avait un ton étrangement sérieux.

Nami : Mais où ?

Zoro:...Dehors,on étouffe ici...

Nami : Uhumm,dis plutôt que tu ne connais pas le chemin pour sortir...-se moqua-t-elle.

Zoro : Baka! Ce n'est pas pour ça.....

Nami : Pourquoi alors ?

Zoro :.....Tu viens ou pas ?

Elle recula légèrement pour plonger son regard dans le sien.

Nami : D'accord,alors allons-y.

Sa main posée sur l'épaule du vert descendit,et parcouru le long de son bras,pour lui attraper le poignet,tandis que son pou s'accélérait un peu plus à chaque seconde.
Elle le guida jusqu'au pont du bateau,où un agréable vent frais pouvait se faire sentir. Quelques clients étaient accoudés aux barrières et discutaient,tandis que du côté de la salle,un changement de musique pouvait se faire entendre.

Nami : Nous y voilà....Tu veux que je te laisse ?

Zoro :...Comme tu veux,tu peux rester....

Nami : D'accord...

Ils marchèrent,et s'accoudèrent à leur tour contre l'une des barrières,à l'écart des autres. Un long silence s'installa,qui n'avait rien de gênant ou pesant. C'était un agréable silence....Une chose que Nami appréciait...Avec lui,il n'y avait pas besoin de paroles.Rien que sa présence lui suffisait.

Une étrange sentiment de bien-être envahit la rousse,ce qui lui fit quelque part peur. Elle tourna discrètement la tête vers Zoro qui,le regard plongé dans l'océan,ne la vit pas. Elle scruta son visage tout entier,prenant son temps...Après tout,après cette soirée,elle ne le reverrait plus jamais...Son c½ur se serra douloureusement à cette pensée. Mais que pouvait-elle y faire ? C'était le prix à payer pour sauver le village qui lui était si cher...Elle tourna à son tour le regard vers l'océan,et prit la parole,tout en serrant le point sur la barrière.

Nami : Tu sais Zoro....J'ai confiance en toi...Je pense que tu peux réaliser ton rêve,battre tout le monde,et devenir le meilleur bretteur du monde entier...Tu en es capable..Alors s'il-te-plaît,n'abandonne jamais..Quoiqu'il arrive.. Promets-le moi..

Le c½ur de Zoro rata un battement. Il se tourna vers la rousse,et plongea son regard surpris mais touché dans le sien,qui paraissait étrangement vide et sans émotion,mais pourtant honnête.
Il faut dire qu'il s'attendait à tout sauf à ça...Eux qui passaient leur temps à se disputer pour des raison valables ou non,jamais il n'aurait cru qu'elle pourrait un jour penser quelque chose de positif de lui...Ce qui le touchait réellement...C'était sûrement la première fois de sa vie qu'il était heureux..pour une si petite chose,qui pourtant à ses yeux,paraissait énorme. Pourquoi ? Il connaissait la réponse depuis déjà longtemps. Il serra à son tour la barrière,tout en cherchant la rousse du regard.

Zoro :...Je te le promets, Nami......

Elle tourna la tête,et plongea aussi son regard dans le sien. L'intensité de celui-ci la fit presque écarquiller les yeux de surprise,mais elle n'en dit rien,étant trop occupée à se repérer dans ses propres sentiments...Il restait pourtant une chose qu'elle tenait à faire,qu'elle voulait faire. Une chose aussi improbable qu'impossible,comme tout ce qu'elle cherchait chaque fois à avoir.

Elle décida de tout de même se lancer,pour la dernière fois de toute sa vie. Elle prit alors silencieusement une grande inspiration,et posa l'une de ses mains sur l'épaule de Zoro,le tournant à moitié vers elle,tandis qu'elle passa son bras derrière la nuque de celui-ci,se collant entièrement à lui.

Zoro : Qu-

Nami :..Zoro...S'il-te-plaît...Ne dis rien....

Il ne se fit pas plus prier,et n'essaya même pas de reculer. Son bras enroula la fine taille de la rousse presque instinctivement,resserrant encore plus cette chaleureuse étreinte,et ignorant l'effet que cela produisait sur lui. Nami enfouit sa tête dans le creux du coup de Zoro,comme un peu plus tôt lors de leur danse,tandis qu'il fit de même,profitant le plus possible de ce rare moment et respirant cette odeur qu'il aimait tant...Ils restèrent un long moment ainsi,tandis qu'à côté d'eux,défilaient les personnes rentrant et sortant de la salle où des rires se faisaient toujours entendre,jusqu'à ce qu'il soient seuls...Après encore quelques secondes dans cette position,la navigatrice fit glisser sa main de la nuque du vert,jusqu'au bas de son dos..Il était à présent temps pour elle de s'en aller,et de laisser tout ça derrière elle..

Nami :...Gomen...Je ne voulais pas te...

Zoro: Non...Ne t'inquiètes pas,ça ne fait rien.
... ... ...
Un vent frais se fit une nouvelle fois sentir,tandis que leur regards étaient toujours plongés l'un dans l'autre.

Nami :...Bon,je te laisse,je dois surveiller ce que font ces deux imbéciles...-mentit-elle,un faux sourire aux lèvres.
Elle enleva délicatement ces mains des épaules du vert.

Nami :...Tu sais Zoro...Je suis vraiment contente de vous avoir rencontré...Vous tous,aussi débiles soyez vous....-Elle sourit légèrement.Tristement,mais pourtant toujours si honnêtement,tandis que le vert la regardait toujours aussi intensément.

Nami :Allez,j'y vais...Ne te perds pas encore baka ! -se moqua-t-elle,d'une voix tremblante.

Sans plus attendre de réponse,la rousse prit la direction de la porte qui menait à la salle de danse,et sursauta en entendant un «Attends» de la part du vert. Ne trouvant pas la force de le regarder une fois de plus dans les yeux,elle fit comme si de rien était,et continua son chemin,jusqu'à ce que cette fois,elle entende des bruits de pas,et sentit quelqu'un lui attraper le poignet.

Zoro : Nami...Attends...

Nami :Qu-...Hein ? Ah,je ne t'avais pas entendu,haha...

Elle l'entendit soupirer lourdement..
Zoro : Baakaa..

Nami : Oii ! Urusei !.....

.............
Ils se sourirent légèrement. Nami sentit les larmes lui monter aux yeux,tandis que son c½ur s'accélérait une fois de plus..Si cela continuait ainsi,elle finirait pas avoir une crise cardiaque...Il fallait absolument qu'elle s'éloigne de lui,et de son regard qui lui faisait étrangement beaucoup trop d'effet.

Nami : Je vais aller me coucher finalement,c'était une longue journée...Allez,bonne nuit,et baka toi même !!

Zoro :...Nami ?

Nami:Uhm?

Zoro : ..Tout va bien ?

.......... Elle déglutit difficilement,heureusement qu'il faisait beaucoup trop sombre pour qu'il puisse voir son visage,tordu par la tristesse et la douleur.

Nami : Haha,oui pourquoi ?

Zoro : Tu es sûre ?

Nami:Eeeh,un Zoro inquiet...C'est une première ça ! -se moqua-t-elle,faussement.

Zoro : Nami.

Nami : Oui,oui ! Je vais très ben,haha,allez,bonne nuit ! -mentit-elle,une nouvelle fois.

Elle se retourna précipitamment,de justesse,étant donné que le seconde d'après,une larme coula le long de sa joue. Elle se dépêcha de l'essuyer à l'aide de son bras,et marcha rapidement,essayant tout de même d'avoir l'air normale de derrière,ne voulant en aucun cas attirer l'attention de Zoro. 
Ce fut pourtant exactement ce qu'elle fit,car même pas une seconde ne s'écoula,que son poignet se retrouva emprisonné par la main du bretteur,pour la seconde fois de la soirée.
Cette fois,elle était à bout,de tout...Elle voulait lui hurler dessus,mais n'en eut ni la force,ni le temps.


Tout simplement,parce qu'en moins de temps qu'il ne lui fallut pour le réaliser,Zoro avait déjà posé ses lèvres sur les siennes,unissant ainsi tous les sentiments et envies qu'ils ressentaient l'un envers l'autre,et les acceptant par la même occasion.

C'était un long baiser. Tendre. Mais pourtant si passionné. Comme tout ce qu'ils faisaient l'un envers l'autre. Zoro enroula de son bras la taille de Nami,tandis que sa main vint se poser délicatement sur sa joue. Il pouvait entendre et sentir la vitesse du pou de la rousse,tout comme elle.
Le baiser dura encore quelques seconde,jusqu'à ce que ce soit la rousse qui l'interrompe.Elle plaça à son tour ses deux mains sur les joues du vert.

Nami : Zoro....Je suis désolée..-lui chuchota-t-elle,près de l'oreille.

Zoro : Hein ? M.....

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase,que la rousse plaça ses mains sur son torse,et le poussa contre le mur de derrière,juste avant de s'en aller,en courant le plus rapidement possible. Loin d'ici. Loin de lui...
Eclairée par la faible lumière qu'apportait la lune,Zoro put voir une larme couler le long de la joue de la rousse. Son c½ur se serra douloureusement à cette vue.

Zoro : NAMII ! -s'écria-t-il,fou de rage. Fou d'elle.


Elle courait le plus rapidement possible,les yeux troubles,le coeur battant la chamade,et cette image de ce baiser gravée à jamais dans sa mémoire, ainsi que dans son coeur. Ses jambes ne pouvaient plus s'arrêter,ni ses larmes de couler. Elle se dirigea vers le Vog Merry,afin de le voler,et de s'en aller. Comme prévu depuis une éternité. 


Elle ne devait pas perdre le sens des priorité! Et lui,n'avait pas eu le droit de l'embrasser...! Cet abruti de....de....! *Tch....Mais qu'est-ce que je raconte moi?! Le pire,c'est que ça m'a aussi plu*...


Elle se claqua bruyamment une main contre son front,essuyant par la même occasion ses larmes,en faisant glisser celle-ci. Arrivée devant le navire,elle monta dedans,et se prépara à s'en aller,le coeur brisé.


Du côté du pont du bateau-restaurant,se trouvait toujours Roronoa Zoro,affalé par terre,ses deux mains soutenant son visage.


"MERDE!"-s'écria-t-il,à bout de nerf...Il aurait dû se contrôler....Après tout,c'était ce qu'il faisait à chaque fois en la présence de la rousse.....Mais il n'avait pas pu...Il n'en avait plus la force...De cacher ses sentiments...


D'une main,il appuya sur le sol froid du navire afin de se relever,lui procurant un frisson qui parcourut tout le long de son dos. Il avait étrangement un mauvais pressentiment.
 
Non. Il lui avait promis,qu'il n'abandonnerait rien,jamais. Alors il n'abandonnerait pas ça,pas elle. Jamais.
Déterminé à la rattraper,il se mit à courir,comme si sa vie en dépendait. Il l'aimait,et il comptait bien le lui montrer. Ça non plus,il ne le laisserait pas tomber. Jamais.
 
À SUIVRE!
---------------------------------------------------
Coucou,coucou mes chers lecteurs! Ça fait très longtemps que je n'ai plus posté d'article,je m'en excuse sincèrement,et je compte bien m'y remettre. J'espère que cette première partie de ce Two-Shoot vous aura plu,en attendant la seconde de mon autre Two-Shoot. Bisous,dîtes-moi ce que vous en avez pensé!^^

MINI-FICTION 1, PARTIE 1: "Une chose incontrôlable" 17/06/2017

MINI-FICTION 1:


PARTIE 1: Une chose incontrôlable..


Robin rit devant la colère non contrôlée de sa meilleure amie. Elle s'approcha de celle-ci, et posa amicalement sa main sur son épaule. 
 
Robin: Nami...Calme-toi. On est tous venu ici pour se promener, et non pour se disputer.
 
Le technicien de profession ne put se retenir:
 
Usopp: C'est vrai que pour se disputer, il n'y a pas besoin de sortir! Nami pique déjà une crise pour tout!
 
Il tomba par terre, la tête la première, sous la force du coup que lui administra la rousse.
 
Nami: Ta gueule, long nez de mon cul!..Quelle idée aussi de venir faire du jogging en pleine forêt!
 
Elle se retourna vers le chef du groupe, occupé à se curer le nez devant une limasse qui peinait à descendre d'une feuille. Elle le gifla de toutes ses forces.
 
Nami: T'as rien de mieux à foutre ou quoi, idiot!
 
Il se releva et lui fit face, se massant la joue de la main droite.
 
Luffy: Pourquoi tu m'as frappé?..J'ai rien fait!
 
Nami: Justement, tu fous rien! On est paumé en plein milieu d'une forêt, et toi, qu'est-ce que tu fais?!..Tu regardes une putain de limasse!
 
Elle hurla de rage en désignant l'animal qui s'enfuit à la vitesse d'un escargot. Elle se retint de le frapper une nouvelle fois en le voyant se diriger vers Sanji, cuisinier de profession, qui sortit un tas de sandwich de son sac.
 
Des étoiles prirent la place des yeux de Luffy, tandis que Francky faisait sa pose habituelle.
 
Francky: Yeeaahhh!! Tu penses vraiment à tout, Sanji!..Bravo mon pote!
 
Il lui tapa amicalement l'épaule. Luffy ne prit pas la peine de le remercier, et se jeta pratiquement sur la nourriture. Le coup de pied qu'il se prit de la part du cuistot le calma instantanément.
 
Luffy: Maaiieeuuhh!! Qu'est-ce que vous avez tous contre moi aujourd'hui?
 
Sanji le fusilla du regard.
 
Sanji: Ne touche pas à la nourriture de Vivi-san! Déjà qu'à cause de ce marimo de merde, elle s'est perdue, tu ne vas pas en plus lui manger ce qui lui revient de justesse et ce que je lui ai préparé avec amour!
 
Des c½urs prirent la place de ses yeux à la fin de sa phrases. Nami soupira rageusement en se tapant le front à l'aide de sa main. Robin rit une nouvelle fois, et lui passa le bras autour des épaules.

Elle lui chuchota:
 
Robin:..Avoue que tu aurais aimé être à la place de Vivi..Seule dans les bois, avec Zoro..
 
La rousse écarquilla les yeux et se dégagea rapidement de son emprise, comme si le bras de la brune l'avait brûlée.
Elle hurla presque:
 
Nami: Nani?! Non mais ça va pas la tête?!...Je le hais!
 
Tout le monde se retourna vers elle. La brune se mit une main devant la bouche.

Sanji:..De qui est-ce que tu parles, Nami-chan?
 
Honteuse, elle ne répondit pas, et préféra continuer sa route.
 
Robin: De Zoro...
 
L'historienne fit semblant de réfléchir en mettant son index sur le menton.
 
Robin: Quoique...Ce n'est pas plus mal...De toute façon, Zoro et Vivi ne vont pas tarder à se mettre ensemble... N'est-ce pas, Nami?
 
Robin nota bien que le poing de la rousse était serré jusqu'à en devenir blanc. Sanji fit tomber tous les sandwichs par terre, sa mâchoire avec. Luffy se précipita vers la nourriture, malgré la veine bien visible sur sa tempe.
 
Luffy: Non. Zoro n'est pas le genre de Vivi. Et puis, elle ne s'intéresse pas aux garçons.
 
Sanji s'effondra.
 
Nami: Peu importe. Après tout, ils font ce qu'ils veulent, ça ne regarde qu'eux.
 
Au loin, des rires et des voix se firent entendre. Sanji se releva immédiatement, les yeux pleins de c½urs. Nami desserra le poing, malgré son regard haineux. Robin soupira.
 
Robin: Ils sont là.
 
Francky: Super! C'est pas trop tôt!, termina le technicien plus fort.
 
Vivi les remarqua instantanément, et se mit à courir vers le groupe. Elle sauta pratiquement dans les bras de Nami et Robin. La rousse inspira silencieusement, la colère la gagna un peu plus.
 
Vivi: Les amies! Vous m'avez manquée!..
 
La bleue remarqua le comportement distant de la rousse. La honte la gagna.
 
Vivi: Désolée pour tout le temps qu'on a mit..
 
Le blond déboula.
 
Sanji: Vivi-san!! Ce que tu m'as manqué, mon amour! Je regrette tellement de t'avoir laissée aux côtés de ce crétin de marimo!
 
Après avoir regardé amoureusement la bleue, il se dirigea rapidement vers le sabreur. Une énième bagarre commença entre eux. La rousse tenta de se calmer, et mit une main amicale sur l'épaule de Vivi.
Robin l'observa étrangement.
 
Nami: Ne t'en fais pas, Vivi. Ce n'est pas de ta faute si Zoro n'est pas fichu de faire un pas sans se perdre. Tu n'y es pour rien, alors pas la peine de se sentir coupable.
 
Elle lui sourit, et la bleue éclata de rire, suivie de près par ses deux autres amies. Une lueur de colère traversa le regard du vert. Il mit Sanji par terre, et se plaça devant la rousse. Il lui prit fermement le poignet.
 
Zoro: Tu crois peut-être que je ne t'entends pas, sorcière de merde?
 
Elle le frappa sans hésitation et recula, se débarrassant de son emprise.
 
Nami: Et alors? Je dis ce que je veux, que ce soit sur toi, ou sur quelqu'un d'autre. Ça ne te regarde en rien.

Zoro: Pourquoi est-ce que tu m'as frappé, encore? Je ne suis pas Luffy, et encore moins ce cuistot de malheur. Tu ne peux pas faire ce que tu veux avec moi!
 
Nami: C'est clair que tu n'es pas comme eux. Ils sont polis, au moins.
 
Robin et Vivi échangèrent un regard. Zoro fit un pas vers elle. Il répliqua d'une voix froide:
 
Zoro: T'es encore moins éduquée que moi, faut pas croire.
 
La rousse s'apprêtait à répliquer, puis à le frapper, mais le blond l'interrompit en se jetant sur lui.

Ils s'expliquèrent ensuite à leur manière. Nami tourna les talons en murmurant des jurons.
 
Robin: Tu ne nous attends pas?
 
Nami: Non. Je rentre, j'en ai assez pour aujourd'hui.
 
Le chef se leva, terminant de grignoter la nourriture qu'il tenait entre ses mains. Il l'appela:
 
Luffy: Nami!..Attends-moi, je viens avec toi!
 
Tout le monde regarda le brun. Sanji et Zoro relevèrent la tête, les mains autour du coup de l'autre. Zoro le mit une nouvelle fois à terre.
 
Zoro: Bien...Moi aussi, je viens.
 
Sentant une nouvelle dispute arriver entre la cartographe et le sabreur, l'archéologue intervint:
 
Robin: Non, Zoro, tu restes avec nous. Nous n'allons pas, une nouvelle fois, perdre notre temps à te chercher partout.
 
Il faillit lui hurler dessus tant ses paroles avaient abimé sa fierté.
Luffy courut vers la rousse. Il marchèrent, empruntant un chemin que Nami jugeait juste.
 
Sanji:..Mais...Nami-san!
 
Il s'effondra exagérément par terre, à la fois triste et énervé. Zoro dégageait une mauvaise énergie.
Il regardait son capitaine faire le pitre, et soupira. Le reste du groupe remballa ses affaires et, après quelques minutes de marche, rattrapa les deux promeneurs.
 
Robin: Tu penses qu'on arrivera bientôt? La nuit ne va pas tarder à tomber.
 
Nami: Oui, d'ici une heure, on devrait arriver vers la route que nous avions empruntée avant. Il ne nous restera plus qu'à trouver ta voiture, Francky.
 
Luffy eut des étoiles dans les yeux. Il s'approcha aussi rapidement qu'un éclair du technicien, et tira sans relâche sur l'une des manches de la chemise de celui-ci:
 
Luffy: OUII!! Dis, dis, dis,dis,dis,dis-..!
 
Francky: Nani?!
 
Luffy: Est-ce que cette fois, je peux essayer de conduire ta voiture?!! Elle est trop cool!..Et tu m'avais promis en plus..
 
Le bleu enleva la main de Luffy. Il fit sa pose habituelle. Usopp faillit avoir une crise cardiaque.
 
Francky: Non! Il n'y a que moi qui peux conduire ma super voiture! Yeeeeah!..Et je ne t'ai jamais dit ça!

Luffy: Mais...!
 
Usopp l'interrompit en se jetant sur lui, le secouant d'arrière en avant. Il hurla:
 
Usopp: Mais ça va pas la tête! Tu veux tous nous tuer ou quoi?!...Tu serais bien capable de t'endormir au volant!
 
Le brun se cura le nez. Usopp soupira de rage et de frayeur.
 
Usopp: Laisse-moi t'expliquer ça avec ton langage.
 
Il prit une branche d'arbre abandonnée au loin, et dessina des croquis sur le sol sableux, devant les pieds du brun.
 
Usopp: Si toi prendre voituuure..Toi manger ou dormir au volaannt!...Et si toi faire ça, nous rentrer dans un muuuur!..Toi avoir compris?!
 
Nami leur offrit un magnifique cadeau. Deux bosses apparurent sur le haut de leur crâne.
Ils gémirent de douleur. Usopp mit la main devant la bouche de Luffy, ne voulant pas se prendre un nouveau coup en laissant son ami se disputer avec la rousse.
 
                                                                                       ***************

Comme Nami l'avait prévu, ils arrivèrent à cette fameuse route, et trouvèrent, un peu plus loin, la voiture de Francky abandonnée dans un parking. Celui-ci se précipita devant son objet le plus cher, ne voulant laisser aucune chance au brun. Luffy bouda.
 
Francky prit le volant, assit aux côtés de la rousse, ayant pour rôle d'indiquer le chemin. Vivi, Sanji et Robin étaient assis au milieu du véhicule. Sanji se vida de son sang, les yeux en c½urs et les mains tremblantes.
 
Zoro, Usopp et Luffy étaient au fond de la voiture. Le vert s'exaspérait de la connerie qui pouvait sortir de la bouche de son coéquipier.
 
Luffy: Et ça?
 
Zoro: Non!
 
Luffy: Ah....Ce truc alors?
 
Zoro: Mais t'es con ou quoi?
 
Luffy:..Mais non! C'est toi qui ne veut pas m'expliquer!..Et puis, c'est celui qui le dit qui l'est! Shishi!
 
Sanji soupira:
 
Sanji: Tu te crois intelligent, peut-être..? Tu ne sais même pas comment allumer un téléphone!
 
Luffy faillit répliquer, mais le téléphone de Zoro qui l'inspirait tant sonna rapidement entre se mains.
 
Zoro: Passe-moi ça! 
 
Luffy: Non!
 
Une bagarre commença à l'arrière du véhicule. Nami alla demander au bleu de s'arrêter afin de leur donner une correction. Mais le vert attrapa son téléphone d'entre les mains de son ami d'enfance.
 
Tout ça pour une publicité..Zoro soupira rageusement, et tenta mentalement de se calmer. Il rangea l'objet, cette fois-ci dans la poche opposée au côté de Luffy.

                                                                      **********
Après quelques heures de trajet, le groupe d'amis arriva en ville. Luffy demanda au conducteur de s'arrêter.
 
Luffy: Tu viens, Nami? 
 
Nami: Ah?!...Qu'est-ce que tu-.. 
 
Luffy: J'ai besoin de toi pour trouver un magasin..Shishi!
 
Nami: Quoi?!..Et tu comptais me le dire quand au juste?!
 
Luffy: Bah c'est-ce que je suis en train de faire, hahaha!
 
Nami: Baka! C'est bien ce que je disais...Au dernier moment!
 
Luffy: Allleeeezzz! S'te-plaît!
 
Nami:...Ça ne peut pas attendre demain?
 
Luffy: Non, shishi!
 
La rousse soupira, et enleva lentement sa ceinture. Elle regarda le brun dans le rétroviseur, et ferma les yeux.
 
Nami: Ce que tu peux être bête des fois.. Mais bon, puisque tu ne peux rien faire seul..
 
Luffy: T'es d'accord?
 
Nami: Oui...Mais pas pendant trois heures!
 
Le brun sauta de joie, cognant sans faire exprès le vert. Celui-ci lui attrapa le col et le plaqua violemment contre la vitre.
 
Francky: Eo! Doucement vous deux!
 
Zoro: Tu peux pas faire gaffe à ce que tu fais?..Et puis, pour une fois, je suis d'accord avec la sorcière!
 
Celle-ci le fusilla du regard.
 
Zoro:..Ça peut très bien attendre demain!
 
Luffy rit: Ah, mais t'inquiète pas! On vous quitte ici, vous n'aurez pas à nous attendre! Shishiii!
 
Zoro: Nani?!...Mais, Luffy tu p-..!
 
Vivi:..Luffy...
 
Sanji tomba à terre, les larmes perlant exagérément le long de ses joues, en voyant la rousse sortir du véhicule, son sac déjà sur le dos.
 
Elle s'attacha les cheveux, et appela Luffy, impatiente d'en finir et de rentrer chez elle. Robin rit en fixant le vert. Celui-ci lui répliqua par son regard le plus sombre. Il lâcha, non pas de la plus douce des manières, le brun, qui tomba par terre sous la force. Celui-ci lui sourit, incrédule, et sortit à son tour de la voiture.
 
Ils saluèrent leurs amis. Tous leur répondirent, sauf deux. Luffy prit sans attention le poignet de la rousse et se mit à courir, un sourire de crétin collé aux lèvres. Nami le frappa immédiatement, lui apprenant le sens de l'éducation.
 
Francky redémarra la voiture, ne manquant pas d'hurler un « Supeeeer » aux deux amis, et continua sa route. Les pneus du véhicule grincèrent lorsqu'il tourna rapidement à un virage, faisant sourire sadiquement Robin lorsqu'elle vit Usopp crier de peur. Il déposa petit à petit tout le monde dans leur propriété respectives. Il ne restait plus que Zoro. Le bleu soupira en le regardant dans le rétroviseur.
 
Francky: Eh, mec...T'as pas l'air d'aller bien..Tu veux m'en parler?

Zoro: Rien..C'est juste que ça me saoule de plus en plus..
 
Francky: De quoi? Dis-moi.
 
Le sabreur prit sans la moindre délicatesse son sac de sport. Il ouvrit sa portière, sortit, et la referma dans un bruit sourd. Francky ouvrit la fenêtre avant, là où était précédemment assise Nami. Zoro s'appuya contre la portière.
 
Zoro: Rien, laisse tomber, ça finira bien par passer...Merci pour aujourd'hui, mec, c'était cool.
 
Francky: Puisque tu le dis...De rien, à la prochaine mon pote!
 
Il redémarra une nouvelle fois, prêt à rentrer chez lui.
 
Zoro, quand à lui, chercha un bar. Il fallait qu'il se change les idées le plus vite possible...
...........................
Yoooo, les amis! Comment allez-vous?^^ (N'hésitez pas à me le dire xD) De mon côté, plus de temps libre s'offre à moi! Et qui dit temps libre, dit écriture!^^ J'espère que la première partie de cette première mini-fiction vous aura plu, car la seconde est déjà prête! (plus que les couleurs à mettre xD)..! Elle sera postée cet après-midi, ce soir au plus tard^^ Dîtes-moi ce que vous en avez pensé, ce n'est bien sûr qu'une sorte d'introduction, un début quoi! XD C'est donc avec un grand sourire que je vous dis à ce soir ^^

Tags : MINI-FICTION 1 - PARTIE 1.

MINI-FICTION 1: PARTIE 2: "Une chose incrontrôlable.." 18/06/2017


PARTIE 2:
 
C'est en arrivant à sa destination que Nami sentit son téléphone portable vibrer dans la poche arrière de son jogging. Elle s'appuya contre l'unique barrière la séparant de l'eau, coulant en cascade en dessous d'elle, et soupira longuement, essoufflée par la course qu'elle venait de faire.
 
Après quelques secondes de repos, elle décida enfin de sortir son portable. Elle soupira une nouvelle fois en voyant le nom de la personne , l'ayant contactée, inscrit sur l'écran. Mais que pouvait-il bien lui vouloir? Contre son grès, son c½ur se mit à battre plus rapidement.
 
Elle attendit légèrement avant d'appuyer sur la touche « lire » de l'appareil.
Ses yeux parcoururent les nombreuses lignes.
 
        « Yo. T'es invitée à la fête que je fais chez moi, à partir de 21H, ce samedi. C'est l'autre abruti qui a             absolument tenu à ce que tu viennes. Alors crois pas que ça me fais plaisir. Aussi, on se voit, demain midi,   avec les autres, au Baratie. Viens si tu peux. Si tu peux pas, te force pas. Envoie-moi vite ta réponse. » 
 
Elle verrouilla son téléphone et faillit ne pas se reconnaître en voyant le reflet de son visage dans l'écran.  
Ses yeux bruns clairs s'étaient assombris. Une mine triste avait remplacé sa mine fatiguée. Cet homme était la seule personne qui réussissait à l'atteindre, involontairement.
 
Cette façon si froide qu'il avait de se comporter avec elle lui faisait terriblement mal.
 
Elle repensa aux nombreuses fois où elle avait aperçu le vert rire avec Vivi.
 
Elle ferma les yeux, et se passa une main sur le visage. Puis, elle reprit sa course, préférant se changer les idées plutôt que d'aggraver son état mental.
 
                                                                              *************
Après être arrivée chez elle et s'être douchée, la jeune cartographe décida de répondre au vert. Elle appuya sur la touche « envoyer » après avoir, mainte et mainte, relu fois son message.
 
«  Pour demain, c'est d'accord. Pour ta fête, je ne sais pas encore. »

Elle rangea son téléphone et s'endormit, se préparant à la prochaine journée qu'elle devra affronter.
                                                                                ***********
C'est sans problème que Nami retrouva ses amis ,le lendemain, dans ce restaurant si connu et fréquenté, en entendant le rire de l'un d'entre eux. Elle sourit légèrement. Il ne changera jamais, celui-là.
 
Sanji fut le premier à l'aborder en la voyant arriver.
 
Sanji: Ma Nami-swan! Que tu m'as manqué!..Comment vas-tu?..Tu es si belle aujourd'hui! ..Non! Tu es toujours si belle! Ma chériiiiie!...................
 
Il continua son discours habituel. Luffy en rit. Il salua la rousse de sa main, sa bouche étant pleine de nourriture, qu'il avait entamée bien avant les autres. Robin et Vivi rirent, s'adressant à la rousse, qui leur sourit en réponse, tandis qu'Usopp et Francky la saluèrent de la tête.
 
Elle prit place aux côtés de Luffy, celui-ci lui demanda de lui donner toute la nourriture dont elle ne voudrait pas. Elle leva les yeux aux ciels. Le vert croisa son regard, lui disant indirectement son « salut » si froid et distant. Elle ne lui répondit pas.
 
Il fronça les sourcils lorsqu'il la vit se tourner vers Sanji.
 
Du sang coula instantanément du nez de celui-ci. Robin éclata de rire. Elle regarda discrètement le vert, sachant pertinemment qu'il l'avait déjà remarquée.
 
La rousse se leva, se dirigeant vers le self-service, après avoir refusé au blond d'être accompagnée. Malgré tout, Luffy la suivit, ne voulant en aucun cas rater une occasion de remplir son assiette.
 
Le blond faillit se lever pour l'étrangler, mais se rappela les volontés de sa belle rousse. Il serra les dents de jalousie, mais se souvint rapidement que Robin et Vivi étaient aussi présentes.
 
Nami discutait vaguement avec Luffy, qui avait l'esprit entièrement concentré sur tous les délicieux plats posés devant lui. Nami secoua la tête en soupirant, et se dirigea à son tour vers la nourriture, un peu plus loin. Elle ne prit que des légumes et une mandarine. Elle adorait ces choses légères.
 
Elle voulut retourner à sa place, mais s'arrêta instantanément en voyant Zoro au loin. Celui-ci se servait du Rhum. Il leva la tête et croisa les yeux écarquillés de la rousse. Elle fit immédiatement demi-tour, et prit rapidement un chemin plus court que l'ancien.
 
Il ne tarda pas à la rejoindre; Luffy était déjà assit. Il chercha la bleue du regard. Celle-ci rougit légèrement.
 
Luffy: Vivi!
 
Vivi: Oui?
 
Luffy: Tu viens à la fête de Zoro samedi!
 
Usopp: Euh...C'était une question, ça?
 
Sanji: Baka! Ne t'a-t-on jamais apprit à parler à une si belle demoiselle!
 
Les yeux du blonds se perdirent dans le corps des trois jeunes femmes assises à table. L'une d'entre elles se leva et le frappa fortement. Elles soupirèrent toutes ensuite. Vivi en rit.
 
Vivi: Oui, j'y vais, comme je te l'ai d'ailleurs dit, Zoro.
 
Elle se retourna vers lui en souriant. Il fit de même.
 
Zoro: Ouais, mais Luffy, je te préviens tout de suite, t'as pas intérêt à tout bouffer!
 
Luffy: Shishi! Non, t'inquiète pas pour ça, Zoro!
 
Zoro: Ah?
 
Le brun se retourna vers la rousse, qui, une serviette sur la bouche, se retint difficilement de rire.
 
Francky: Oé! Qu'est-ce que vous manigancez tous les deux?
 
Luffy: Rien! , répondit précipitamment le brun.
 
Il se remit rapidement et nerveusement à manger. Zoro le regarda, perplexe. Son regard se posa ensuite sur la rousse, il soupira et se remit à manger.
 
Tous discutèrent de tout et de rien.
 
Deux heures passèrent. Il ne restait plus que Sanji, Vivi, Zoro, Luffy et Nami, les autres étant déjà rentrés chez eux.
 
Robin: Vous comptez rentrer comment?..Je peux vous ramener, si vous voulez.
 
Le blond eut des frissons dans le dos.
 
Sanji: Oooh! Robin-chwan! Que tu es pleine de générosité! J'accepte bien sûr avec grand plaisir, ma chérie!
 
Zoro: Ouais, pourquoi pas, répliqua le vert sans la moindre motivation.
 
Sanji lui fit un cours de politesse.
 
Luffy: Yosh!! C'est parti! Merci Robin, c'est cool! Shishi! Tu viens, Vivi?
 
Vivi: Ah? Euh..Oui, d'accord.
 
Nami: C'est gentil, mais je pense que je vais plutôt marcher.
 
Robin: Tu es sûre?
 
La rousse répondit en riant:
 
Nami: Oui! Et puis, le temps est merveilleux aujourd'hui.
 
Robin: En effet. Et bien, rentre bien alors.
 
Nami: T'inquiète pas pour ça. A bientôt!
 
Les deux jeunes femmes se sourirent. Nami se mit à marcher dans la direction opposée au groupe restant,
après avoir résisté aux supplications de Sanji.
 
Le vent doux, caressant son visage, lui fit énormément de bien. Elle eut l'impression que cela faisait une éternité qu'elle n'avait pas prit de temps pour elle.
 
Elle marchait lentement, profitant de l'instant et admirant le beau paysage. Les arbres aux feuilles de couleur vert tendre, l'herbe fraîche, le ciel bleu clair, les fleurs des nombreux cerisiers. Elle soupira de bien être et s'arrêta au niveau d'un court lac.
 
La rousse s'assit par terre, après avoir posé sa veste sur l'herbe humide de l'orage précédent.
Elle souffla et réfléchit à énormément de choses. Une personne en particulier occupait son esprit. Un sourire triste illumina et assombrit son visage.

Soudain, elle se crispa. Elle crut entendre une personne crier son nom. *Cette voix...*

Elle ne se serait probablement pas retournée, si cela n'avait pas recommencé.
 
....: Oi! Mais qu'est-ce que tu fous?
 
Nami: Ah?..
 
Elle se détendit en reconnaissant Zoro. Celui-ci marchait en sa direction, elle ne se leva pas pour autant.
 
Nami: Qu'est-ce que tu fais ici?..T'étais pas censé partir avec les autres?
 
Zoro: Non. J'avais pas envi d'entendre les conneries de Sanji et les fantasmes de Luffy sur la bouffe. Et toi? Tu ressembles à un cadavre assit, de derrière!
 
Nami: Urusei, baka!..Je réfléchissais juste.
 
Zoro: Et je peux savoir à quoi?
 
Il s'assit à ses côtés et la regarda.
 
Nami: Non.
 
Zoro: Nami.
 
Nami: A la vie.
 
Il pouffa de rire et reprit, prenant un cailloux par terre et le jetant loin dans l'eau. Un léger bruit se fit entendre.
 
Zoro: On dirait Robin. La philosophie ne te va pas du tout.
 
Elle soupira et se leva, passant ses mains sur son jeans et remettant sa veste. Parler avec lui était une véritable perte de temps. Il ne voulait et ne cherchait pas à la comprendre.
 
Elle reprit doucement son chemin, ignorant la pression que lui faisait ressentir son c½ur.
 
Nami: Au revoir, Zoro.
 
Elle ne put faire un pas de plus; son poignet fut emprisonné. Comment avait-il pu être aussi rapide?
Telle était sa nature, si imprévisible..
 
Elle se retourna vers lui, cachant à la perfection et habituellement son trouble par un air énervé. Elle tira sur son poignet, il ne bougea pas d'un pouce. La chaleur de la main du vert sur elle la fit frissonner.
 
Elle rougit devant la profondeur de son regard.
 
Nami: Mais qu'est-ce qui te prend?
 
Zoro: Tu te fous de moi?
 
Nami: Non.
 
Zoro: Tu ne m'as pas répondu.
 
Nami: Pour?
 
Zoro: Pour samedi, baka!
 
Nami: Teme! Et si, je t'ai même envoyé un message!
 
Zoro: Ouais, tu parles d'une réponse..
 
Elle soupira. Il lâcha son poignet. Elle recula d'un léger pas et reprit:
 
Nami: Je ne sais pas encore, je verrai bien.
 
Zoro: Je prends ça pour un oui.
 
Nami: Ah?
 
Zoro: De toute façon, tu ne pourras pas résister.
 
Nami: A quoi?
 
Zoro: A voir Luffy. Vous vous êtes beaucoup rapprochés, ces derniers temps.
 
Nami haussa les épaules et fronça les sourcils. Le regard du vert lui parut étrange. Un sentiment l'envahit.
 
Zoro: Je me trompe?
 
Nami: Non..Mais il ne reste qu'un ami.
 
Il ferma les yeux et mit les mains dans les poches.
 
Zoro: Si tu le dis...Bon, tu viens! J'ai pas que ça à faire!
 
Nami: Nani?
 
Zoro: Tu voulais profiter du temps, non?..Moi aussi..Alors mets ton sale caractère de côté, et allons un peu marcher.
 
Il avança, la laissant perplexe. Elle mit une main sous son nez; sa vue se brouilla. Cet homme la rendait vraiment dingue. Elle ne put s'empêcher de sourire.
 
Elle courut afin de le rattraper. Le coup qu'elle lui administra le ralentit instantanément. Il lui hurla dessus, elle lui répliqua.
 
Nami: Tu pourrais m'attendre!..
 
Zoro: Oé! Je suis pas Sanji, moi! C'est pas parce que t'es une fille, que tu pourrais pas te bouger seule!
 
Nami: Teme! Ferme-la! Dis-moi plutôt merci de t'avoir rattrapé avant que monsieur ne se perde!
 
Il faillit lui hurler une nouvelle fois dessus. Mais la surprise l'en empêcha. La rousse sourit, tendit son bras, qu'elle enroula autour de celui du vert, et avança, le tirant par la même occasion.
 
Elle rit.
 
Zoro: O-Oi!
 
Malgré lui, un début de sourire apparut à la commissure de ses lèvres.
-----------------------------------
Heyy! Et voici la partie 2,comme promi! Dîtes-moi ce que vous en pensez^^

Tags : MINI-FICTION 1 - PARTIE 2

Ma nouvelle inventée 1: "L'histoire d'un garçon maltraité.." 19/06/2017

 
Ma nouvelle inventée «L'histoire d'un garçon maltraité»
 
Je tombai par terre, les mains ligotées et les larmes perlant le long de mes joues.
Une fois de plus, j'endurais la colère de mon père, sous les coups de fouet qui m'étaient infligés.
 
J'ai quinze ans et un corps de maltraité, tout comme mon esprit. La torture dura encore quelques minutes, qui me parurent une éternité. Une fois détaché, je baissai la tête devant le regard et la taille imposante de mon père, et m'enfuis vers ma chambre.
 
J'ai toujours adoré cette pièce. A elle seule, elle me donnait une impression de sécurité, ce qui, dans ma vie, était rare.
Je fermai rapidement mais délicatement la porte de celle-ci, ne voulant en aucun cas accentuer la colère non contrôlée de mon tendre père.
 
Le matelas mou de mon lit m'aidait à m'endormir, et apaisait la douleur que me procuraient les blessures ouvertes,qui couvraient mon dos. Les murs beiges et épais me rassuraient et m'empêchaient d'entendre les crises de nerfs de mon paternel, tout comme les fois où sa dépendance à l'alcool le rattrapait. Et enfin, ces rideaux d'une douce couleur jaunâtre me rappelaient ma chère mère, aujourd'hui décédée.
 
On ne peut pas dire que la chance m'ait souvent sourit. En revanche, la déception et la tristesse,si.
 
Doucement, je tendis la main vers ma fenêtre et l'ouvris, laissant apparaître la vue sur la ruelle, se trouvant devant ma maison, que j'aimais regarder et qui me changeait les idées.
 
Les battements de mon c½ur, ainsi que ma respiration saccadée ralentirent, tandis que je serrai le poing, tout en me mordant la lèvre inférieure.
 
Je ris ironiquement durant quelques secondes, avant de fermer fortement mes yeux encore humides de mes larmes de tristesse et de souffrance.
 
Une odeur de pain se fit sentir, provenant sûrement de la boulangerie, située au coin de ma ruelle.
 
Je me laissai caresser par la douceur du vent frais de cette soirée. Un immense soulagement m'envahit. Mon père m'avait donné ma correction du jour. Je pouvais donc rester tranquille.
 
Après quelques secondes de bien-être, la réalité me rattrapa, comme à chaque fois. Je devins alors tendu et apeuré, car le lendemain, cela recommencerait. Une question me traversa alors l'esprit.
 
Qu'allait-il me faire cette fois-ci ? Me gifler, comme la veille lorsque j'étais rentré en retard de l'école ? Ou alors me brûler une partie du corps bien cachée, que personne ne pourrait voir,comme le jour où j'avais eu le malheur de répondre à une de ses insultes..?
 
Non. Sûrement allait-il faire bien pire que cela. Je sentis à nouveau les larmes me monter aux yeux.
La présence de ma mère me manquait cruellement,tandis que la colère qui s'était emparée de mon père pesait à présent sur mes épaules.
 
Cela m'arrivait de rêver, d'espérer. De pouvoir m'envoler, loin de ce monde, loin de cette vie, incomparable à celle de mes amis. J'aimerais tant rejoindre ma mère, ou tout simplement m'enfuir.
J'avais pourtant tout pour, sauf l'essentiel. Le courage et la détermination ne coulaient pas dans mes veines.
 
Je rouvris les yeux, et regardai le spectacle que m'offrait le couché de soleil, qui laissait apparaître une douce couleur mélangée à du jaune et de l'orange, me rappelant une fois de plus les doux et soyeux cheveux de celle qui m'avait donné la vie, pour ensuite me la reprendre en quittant celle-ci.
 
J'étais comme un insecte piégé dans une toile d'araignée. Chaque fois que j'essayais de m'en échapper, je ne faisais qu'aggraver mon cas.
 
Un bruit de fracas se fit entendre. Je me tendis instinctivement.
 
Saleté de gamin, ramène immédiatement ton cul ici !...Aaah !! Je t'avais pourtant dis et redis de ne pas laisser traîner ton sac ! ....Espèce de petit con !
 
Les battements de mon c½ur récemment calmés redoublèrent de vitesse, tandis que mes yeux s'écarquillèrent de surprise. Je tournai rapidement la tête,comme pour m'assurer de ce qui se passait. Mon cartable était bel et bien posé sur mon lit.
 
Sûrement avait-il encore halluciné. Ou, était-il une nouvelle fois bourré ? Cela ne m'étonna même pas.
 
J'entendis les marches des escaliers grincer sous le poids de mon père. Mon sang ne fit qu'un tour.
 
Je me dirigeai à toute allure vers la porte de mon refuge, et ferma le verrou à deux tours. Ne me sentant pas entièrement soulagé et en sécurité, je pris la chaise en bois placée à côté de mon lit et la positionna précisément et sûrement sous la poignée de la porte en bois, recouverte par une couche de peinture noire.
 
Je déglutis bruyamment et difficilement, tandis que mon père rassemblait toutes ses forces pour cogner contre la porte.
Je reculai, de peur d'être une nouvelle fois blessé, même si j'allai de toutes façons l'être. L'espoir n'illuminait plus mes journées depuis bien longtemps.
 
J'entendis mon paternel enrager et grogner.
 
Imbécile !...T'es vraiment le portrait craché de ta mère !...
 
Je l'entendis taper une fois de plus contre ma porte, qui n'allait plus pouvoir me protéger de lui bien longtemps. La bouteille d'alcool qu'il tint dans sa main se fracassa sous le coup, tandis que je plissai les yeux.
 
Mon c½ur se serra douloureusement. Ses paroles me faisaient mal.
 
Tu n'écoutes jamais ce que je dis !...Tu fais tout de travers !.. Toi aussi,hein ?!..Tu comptes partir, et m'abandonner....?!...Laisses-moi te dire que je ne te laisserai pas faire, saleté de môme !... JAMAIS !!, hurla-t-il, fou de rage.
 
Il continua de s'acharner sur la porte.
 
Jamais !...Jamais !...Jamais,jamais,jamais ! Tu m'entends ?!...Jamais..
 
Sa voix se fit de moins en moins forte, au fur et à mesure qu'il parlait et se défoulait.
 
Je me détendis, et pour la première fois de ma vie, mon c½ur aux aboies ressentait quelque chose à son égard. De la tendresse.
 
Je me surpris moi-même à penser et à ressentir cela.
 
A pas de loup, je me rapprochai silencieusement de la porte.
 
Après encore quelques secondes d'acharnement, la porte céda, et tomba sur le sol dans un fracas assourdissant.
 
Mon père se laissa tomber sur ses genoux, et mit ses deux mains sur sont front, comme pour s'apitoyer sur son sort. Une nouvelle fois, j'écarquillai les yeux de surprise face à cette vue.
 
Je crus halluciner. Grâce à la faible lumière qu'apportait le couché de soleil, je pus apercevoir une longue trace humide des deux côtés des joues de mon père. Il craqua, et s'effondra par terre.
 
Il pleura de toutes ses forces. Pour la première fois depuis une éternité, je le vis tel qu'il était, et compris toute la souffrance qui accompagnait et expliquait sa colère.
 
Aujourd'hui avait été la goutte de trop qui fit déborder le verre d'eau. Je me mordis la lèvre inférieure.
 
Même après toute la souffrance qu'il m'avait infligé, le voir ainsi me brisait le c½ur. Malgré tout, il restait mon père.
 
Je fis encore un pas, rapprochant nos souffrances à la fois égales et différentes, et m'agenouillai devant lui. Il leva doucement la tête vers moi. Je pus voir l'honnêteté dans son regard. Il s'excusait silencieusement. De tout.
 
Pour la première fois, je compris qu'on était pas si différent. Nos sentiments étaient les mêmes.
Un point commun longtemps caché nous reliait.
 
Une nouvelle larme perla et coula le long d'une joue. Cette fois, pas sur celle de mon père, mais sur la mienne. Je pleurais. Pas à cause de lui. Avec lui.
 
Pourquoi ?!.....Pourquoi ?!, hurlai-je, à la fois de rage et de tristesse. Réponds-moi, papa !
 
Je vis sa main se crisper. Le moment était venu de tout mettre au clair, de passer à autre chose, et de sortir toute cette colère qui nous rongeait.
 
Je suis désolé....Si désolé...Pardonne-moi, je t'en prie...Je ne voulais pas, pardonne-moi !
 
Il renifla, tandis que de nouvelles larmes coulèrent. D'un bras, il m'attrapa par les épaules, et me colla contre lui.
Je ne sais pas ce qui me prit à ce moment précis, mais je lui rendis cette étreinte, qui signifiait énormément pour moi. C'était la première fois qu'il se montrait aussi affectueux envers moi.
 
Je te pardonne, papa....Je te pardonne..
 
Il posa son autre main sur le haut de mon crâne, me rapprochant encore plus de lui. Je ne me suis jamais sentis aussi proche de lui. Je pouvais entendre les battements de son c½ur, qui me détendirent encore un peu plus. Son souffle ralentit. Il se calma, tout comme moi, mais ne me lâcha pas pour autant.
Je sentis qu'il avait besoin de moi, moi de même.
 
Je suis fier de toi,mon fils...
 
Doucement, il se sépara de moi, tandis que je réalisais petit à petit ce qu'il venait de dire.
 
Il place ses main des deux côtés de mon visage, et vint coller son front contre le mien.
 
D'un coup, tout changea. L'air dans la pièce devint plus respirable. La peur et la frustration n'occupait plus mon esprit. Et mon c½ur était léger et gonflé de bonheur.
 
Sans que je ne pus le contrôler, un sourire illumina mon visage. Il éclata de rire, et se répéta :
 
Je suis fier de toi...
 
Son haleine sentait légèrement l'alcool, me rappelant un instant tous les mauvais souvenirs. Mais je me repris bien vite en sentant la main de mon père attraper la mienne. Il m'aida à me relever.
 
Et à peine mes pieds furent-ils entièrement posés à terre, qu'il me prit une nouvelle fois dans ses bras.
 
Un sentiment qui me parut étrangement inconnu m'envahit.
 
Je me sentais en sécurité,dans les bras de cette personne que je craignais. De la haine à l'amour, il n'y a qu'un pas. Et nous venions de le franchir, ensemble.
-----------------------------------------------------------------------
Hey, chers et précieux lecteurs! Me revoilà! Je vous avais bien dit que j'aurai plus de temps libre! xD 
Alors...Cette nouvelle..J'espère vraiment qu'elle vous aura plu, car c'est bien la première fois que je poste ce genre d'article, n'ayant rien avoir avec le sujet, qui reste principal sur mon blog, qui est le ZoNa, et donc les animés.C'est bien sûr pour cette raison que je n'ai prévenu personne. Dîtes-moi ce que vous en avez pensé, et si vous voudriez être prévenus pour l'apparition de ce genre d'article. Bisous!^^

Tags : Ma nouvelle inventée 1:"L'histoire d'un garçon maltraité"

Fiction 2: "Ma propriété". Chapitre 1 27/07/2017

 
 

 
                                                       Chapitre 1: Souffrir dans un silence partagé



Luffy rit aux éclats lorsque son fidèle canonnier imita à la perfection le cuisinier du navire. Il faillit s'étouffer en cédant à son envie de croquer une fois de plus dans le bout de viande qu'il tenait fièrement dans la main.
 
Le blond, une veine sur la tempe, donna un coup de pied à Usopp. Son nez se retrouva coincé dans la porte en bois de la cuisine, accentuant le rire du brun qui ne tarda pas à le rejoindre.
 
Le cyborg râla, mi-énervé,mi-content de s'être trouvé une occupation en plus :
-C'est malin ! Maintenant, je vais devoir réparer ça !
 
-Je me demande ce que nous ferions sans toi, Francky.
 
Le bleu rougit à la remarque de celle qui faisait battre la seule chose qu'il ne pouvait ni réparer, ni construire. La navigatrice du «Sunny go» ne put s'empêcher de rire, fidèlement accompagnée du médecin de bord.
 
Elle caressa amicalement la tête de celui-ci, et répliqua en dévisageant ses deux coéquipiers :
-Qu'est-ce que vous nous cachez, tous les deux ?
 
Sanji crut rêver. Il se plaça à une vitesse surhumaine devant le technicien, la jalousie se voyait clairement dans son regard. Le bleu n'y prêta pas attention.
 
Son ami s'écroula aux côtés d'Ussop lorsque la brune reprit :
-La même chose que toi, ma chère.
 
Les deux femmes éclatèrent de rire. Francky lança un regard complice au second du navire, allongé sur la banquette de la cuisine, les jambes croisées, un sourire en coin et une bouteille de Rhum dans la main. Il ne fit aucune remarque ; dévoiler ses pensées et sentiments n'était pas sa spécialité.
 
Luffy, sous l'effet de l'alcool, se mit à danser sur sa chaise, attrapant Usopp d'une main, et se curant le nez de l'autre.
-Quoi ? Qui cache quoi ?..DE LA VIANDE?!
 
Usopp lui cogna la tête en bougeant la main de droite à gauche.
 
-Mais ça va pas la tête?!, lui hurla-t-il dessus,...Je ne suis pas un sac de patates, ne me tiens plus jamais comme ça !
 
Le brun pencha la tête sur le côté ; le peu d'intelligence qu'il détenait habituellement n'était plus présent.
-Ah?..Sac de patates?..Où ça ?!
 
Son regard fixa chaque objet de la pièce, en particulier le plafond, lorsqu'il se retrouva plaqué dos contre sol par l'un des célèbres coups de pieds de son cuisinier préféré. Celui-ci n'en pouvait plus.
 
La rousse ne put retenir son rire plus longtemps. La stupidité de ses camarades ne cesserait jamais de la surprendre.
-Je te trouve spécialement de bonne humeur, ces derniers temps, navigatrice-san...,fit remarquer l'archéologue, un sourire mystérieux collé aux lèvres.
Le blond s'écroula derrière la rousse. Il lui prit doucement la main, malgré le ravage que subissait exagérément son c½ur.
 
Le sourire de la rousse s'évapora en constatant la souffrance dans son regard. Elle lui sourit gentiment.
 
Robin, assistant à la scène, retint son rire d'une main sur la bouche en entendant un grognement provenant de la banquette.
-Acceptes-tu de venir m'aider à apporter le dessert, Nami-swan ?, la supplia-t-il.
 
Des c½urs prirent la place de ses yeux lorsqu'elle accepta. Il sortirent sous le regard amusé de l'archéologue. Celle-ci lança un regard en coin derrière elle. Elle ne put que constater l'effet que pouvait provoquer une énorme fierté sur une personne.
 
Elle retourna la tête lorsque son amant s'assit à ses côtés. Le bleu passa son bras autour de ses épaules, un sourire heureux aux lèvres. Il ne se lasserait jamais de cette femme.
 
Sanji sortit rapidement les deux plats du frigo, où étaient soigneusement disposés de belles assiettes de gâteaux. Il tendit le plus léger à la rousse, elle le lui prit rapidement et se dirigea vers la sortie de la pièce. Il la retint en attrapant doucement son coude.
-Nami-san, lui demanda-t-il, est-ce qu'il se passe quelque chose entre toi et le bretteur du dimanche ?
 
La rousse sentit la souffrance dans sa voix. Ses mains se crispèrent sur le plateau qu'elle tenait fermement. Elle ne voulait pas le faire souffrir.
 
Elle se retourna vers lui, affrontant son regard avec un doux sourire aux lèvres.
 
-Je....
 
Elle fut brusquement interrompue par son capitaine.
 
-Oé ! Dépêchez-vous, shishi, il y a des gens qui ont faim, ici !
 
Sanji eut une envie de meurtre. Nami enleva lentement son coude de l'étreinte de son coéquipier.
- Je te répondrai plus tard,reprit-elle,..Tu n'as pas à t'en faire.
 
Elle sortit et faillit se faire attaquer par son capitaine. Son estomac prenait constamment la place de son cerveau. Il atterrit sur sa chaise sous la force du coup de poing que la rousse lui administra.
Celle-ci distribua les assiettes à la moitié du groupe ; elle sentit un regard pesant sur elle. Elle ne se retourna pas pour autant. Le blond ne tarda pas à la rejoindre. Il servit en dernier le bretteur et le capitaine. L'un d'eux le fusilla amèrement du regard.
 
-Un délice !, s'extasia la brune en dégustant une cuillère de gâteau.
 
Pratiquement tout le monde prit part à sa remarque. Sanji perdit le contrôle de lui même en constatant la satisfaction des deux femmes du navire.
 
L'équipage au chapeau de paille discuta durant encore de longues heures. Usopp, Luffy et Chopper furent les premiers à quitter la pièce, victimes des effets de l'alcool sur eux. Francky et Robin firent de même, bras dessus, bras dessous. Il ne se cachaient point.
 
Zoro se leva, balançant son assiette sur la table. Il critiqua froidement:-J'ai mangé mieux comme gâteau..Saleté de love cook.
 
Il ne regarda aucun de ses coéquipiers. La mâchoire serrée, il ouvrit le frigo et en sortit une bouteille de Rhum. Il quitta la pièce sans un mot de plus..
 
Le blond serra le poing jusqu'à en devenir blanc. Il avait envie de l'assassiner, mais ne voulait rendre la rousse triste.
 
Celle-ci ramassa et posa toutes les assiettes sur les plateaux en soupirant. Sanji mit sa main sur les siennes:-Tu n'es pas obligée, Nami..
 
-Si, je vais rester avec toi pour faire la vaisselle...Je t'ai dit qu'on en parlerait.
 
Il sourit légèrement en la voyant déposer avec assurance les plateaux près du lavabo. Il secoua la tête, il devait l'écouter attentivement. Il espérait ne s'être fait que des idées.
-Alors parlons-en, reprit-il sérieusement.
 
Il vint à ses côtés et lava les assiettes qu'elle lui tendit.
-Est-ce que t-...Tu l'aimes?, demanda-t-il craintivement.
 
Le long silence qui s'en suivit lui enleva tout doute. Il soupira. Il n'était pas surprit.
-Depuis quand?
 
Elle sourit ironiquement : -Depuis le premier jour...
 
Elle sécha nerveusement les assiettes qu'il lui remit petit à petit, son regard s'assombrit:- Mais je ne sais pas exactement ce qu'il y a entre nous...
 
Le blond arrêta tout mouvement,il se retourna entièrement vers elle.
-Comment ça ?..
 
Elle hésita:- Ce n'est qu'un jeu pour lui, une simple occupation..Je sais que je ne devrais pas, mais c'est plus fort que moi...Il ne m'aime pas..Pas comme moi., sourit-elle tristement.
 
Le cuisinier soupira. Il n'en était pas si sûr. Il rangea la dernière assiette qu'il restait en silence.
La rousse recula et s'assit sur l'une des chaises entourant la table de la cuisine. Sanji resta debout derrière elle. Il posa une main amicale sur son épaule:-Je serais toujours là pour toi, si tu as besoin de parler.


-Merci...Pour tout..
 
Elle posa sa main sur la sienne en souriant légèrement:-Tu devrais aller te coucher, tu dois être épuisé..Surtout en supportant Luffy toute la journée !
 
Ils éclatèrent de rire. Sanji tira sur la main de Nami. Elle se crispa de surprise lorsqu'il la prit dans ses bras.
-Si jamais il te fait du mal, je le tue...
 
Il la sentit sourire, elle s'écarta de lui. Un énorme bruit se fit entendre. Sanji tourna brusquement la tête vers la porte de la cuisine.
 
-Qu'est-ce qu'il y a ?
 
Il se retourna vers elle. Avait-il rêvé ? Il lui sourit, cachant parfaitement son trouble:- Rien..Je vais te laisser, Nami-swan...Fais de beaux rêves !
 
Il sortit de la pièce les c½urs aux yeux. Nami soupira.
 
Son sourire se dissipait au fur et à mesure que les secondes passaient.
Elle souffrait déjà depuis une éternité. Elle le savait, absolument rien ne pourrait changer cela.
 
Les sentiments sont incontrôlables.  
 
-------------------------------------------------------------------------------------
Ohayo mes chers lecteurs! En suivant mon cher instinct, j'ai décidé, encore, de commencer une nouvelle fiction sur One Piece..Vous devez en avoir assez de me voir chaque fois commencer un nouvel écrit sans pour autant terminer le précédent..Sachez que j'y travaille réellement! ^^
 
J'espère que cet écrit vous aura plu, dîtes-moi ce que vous en pensez. Les chapitres arriveront très vite. Je ne sais pas pourquoi, mais c'est la passion qui dirige mes doigts sur le clavier et les mots qui sortent de mon esprits. ^^' Pour ce court et premier chapitre (les autres seront bien plus longs^^) , ne vous fiez pas aux apparences..La suite est déjà postée!^^

Tags : Fiction 2: Chapitre 1

Fiction 2: "Ma propriété". Chapitre 2 28/07/2017

 
 

 
                                                          Chapitre 2: "Des surprises inattendues"
 
Zoro se réveilla légèrement avant les autres. Il descendit de la vigie. Une île était en vue.
Le vent frais du matin lui caressa le visage, il s'allongea sur la pelouse en soupirant. Il avait l'impression de s'être cogné la tête contre un mur. Ses yeux plongèrent dans le ciel infini.
 
Il mit son avant-bras sur son front en fronçant les sourcils. Il devait prévenir la navigatrice de leur prochaine arrivée. Il se releva à moitié en appuyant sa main droite sur la pelouse, il grimaça de douleur.
 
Sanji fut le premier à le rejoindre. Il se dirigea vers la cuisine en lui adressant un sourire en coin amer. Le sang du vert ne fit qu'un tour. Il se leva d'un coup à l'aide de son autre main.
 
La porte de la cuisine faillit s'écrouler sous le coup qu'il lui donna. Il attaqua le blond lorsque celui-ci fut retourné. La jambe du cuisinier se plaça violemment contre le sabre de son meilleur ennemi :- Je te trouve bien réveillé, ce matin..
 
Le vert répliqua d'une voix froide:- Ferme-là, sourcils en vrille!...C'est quoi ton putain de problème, ces derniers temps ?
 
Le blond se mit à rire : -Mon problème ? C'est plutôt à moi de te demander ça, tête d'algue.
 
-Répète, pour voir ! , menaça-t-il en se rapprochant, c'est toi qui ne fais que me chercher !
 
-J'ai pas que ça à foutre !..C'est pas de ma faute si tu as du mal à contrôler ta jalousie, baka !


-Ah, ouais ?..Et jaloux de quoi ? De tes sourcils ? Non merci.
 
Le blond sortit plusieurs bols qu'il disposa sur la table. Il fusilla le vert du regard:- De moi et de Nami. Je sais que tu nous as espionnés, hier soir. J'ai entendu ton bordel, putain !
 
Le bretteur serra le poing:- Tu crois que j'en ai quelque chose à faire de ce que vous foutez en douce ?..Je préférerai crever que de m'intéresser à cette sale sorcière.
 
-Tiens donc !, répliqua-t-il ironiquement..C'est sûrement pour ça que t'as balancé tous tes haltères par terre quand tu l'as vue dans mes bras...
 
Il le pointa du doigt : Regarde...La blessure de ta main en est la preuve même..
 
-Ta gueule !..J'étais déjà énervé, ça n'a rien avoir avec ça. Tu devrais te mêler de ce qui te regarde.
 
-Toi encore plus. Tu me fais peine à voir, t'es aussi perdu dans tes sentiments que dans la rue.
 
Zoro grinça les dents, il avança vers lui en dégainant ses deux autres sabres. Les assiettes que le blond tenait dans ses mains se cognèrent dans un bruit strident lorsqu'il les posa brusquement sur la table.
 
Ce crétin devenait de plus en plus fort chaque jour. Un nouvelle bataille commença. Ils sortirent de la cuisine sans s'en rendre compte, passant aux côtés du reste de l'équipage.
 
Luffy éclata de rire, il prit Sanji par le col, et ordonna qu'on lui serve à manger. Le vert fit un doigt au blond . Il passa devant Nami sans un regard.
 
-Ils ont une chaleureuse façon de se dire bonjour, c'est deux là !, rit Robin en s'asseyant à table.
 
La rousse prit place à ses côtés. Elle soupira pour toute réponse. Luffy tapa la table de ses poings. Sanji balança son assiette de crêpes devant lui, le brun sauta dessus.
 
Nami sursauta lorsque le cuisinier se mit entre elle et son amie, les c½urs aux yeux. Il leur fit son discours habituel, récompensé par le rire de la brune et un regard meurtrier de la part du bretteur.
                                                               
                                                               *********
Les heures défilèrent, le navire se rapprochait dangereusement de l'île en vue. Tous se réunirent sur le pont, Luffy donna à l'archéologue le rôle de faire les groupes. Elle l'interrogea du regard :-Cela ne me pose aucun problème, bien au contraire, mais quelle est donc la raison ?..D'habitude, soit c'est toi, soit c'est navigatrice-san qui le fait..
 
-Je dois parler avec Nami, et je serai avec elle dans mon groupe. Nous avons des choses à faire...Et peut-être quelques restaurants à visiter en plus, shiishii!
 
Nami le refroidit instantanément. Une bosse s'ajouta à sa collection:-Jamais de la vie, baka !
 
Une dispute commença, ils se dirigèrent inconsciemment vers le pont arrière, à l'abri des oreilles curieuses, laissant les commandes à l'archéologue.
-J'espère qu'on aura le temps de tout faire..., reprit sérieusement la rousse.
 
Le capitaine sourit pour la rassurer:-Ne t'inquiète pas !..Ça fait une éternité qu'on a programmé ça !..Robin va être super contente !
 
-Je suppose..C'est un jour important pour elle, même si elle ne le montre pas..Un anniversaire compte toujours pour une personne.
 
Luffy posa amicalement sa main sur la tête de sa coéquipière, un sourire confiant collé aux lèvres: -Tout se passera très bien.
 
Zoro fronça les sourcils en voyant ses deux nakamas revenir vers eux. Ils étaient si proches...
 
Il ferma les yeux, et se reconcentra sur les directives de la brune.


                                                                      ********
Sur cette île, personne n'avait l'air de connaître leur réputation de pirates recherchés. Zoro jeta l'ancre à l'eau, tandis que Sanji termina d'attacher la dernière corde reliant le bateau à un rocher.
 
Nami avança vers le brun, le sourire aux lèvres, une carte à la main. Elle en avait distribué à chaque groupe .
 
Elle entendit l'archéologue et le bretteur rire. Sanji pesta. Il s'était cogné le pied contre ce fichu rocher. Il fit un doigt au vert.
 
Le sourire de la rousse se crispa. Son c½ur se serra douloureusement en le voyant rire avec une autre femme. Cet homme l'avait entièrement changée. Et il ne s'en rendrait sûrement jamais compte.
 
Elle fut tirée de ses pensées par Luffy, il chuchota:-Il faut qu'on y aille, si on veut tout faire en une journée.
 
Elle lui répondit en hochant la tête :- Tu as raison, allons-y.
 
Ils s'éclipsèrent après avoir donné rendez-vous au reste de l'équipage sur le navire.
Le reste se divisa, s'aventurant dans l'île en tant que simple visiteurs.
 
                                                      ***************
Après plusieurs minutes de recherches, la navigatrice finit par trouver une charmante auberge correspondant parfaitement aux critères qu'ils recherchaient. Elle se tourna fièrement vers son coéquipier, occupé à grignoté une barquette de frittes achetée sur le chemin.
 
Elle la lui jeta dans une poubelle proche, et pointa du doigt l'immeuble qui se tenait devant eux.
Le brun râla : Maieuuh ! C'étaient MES frittes !
 
-Crétin !..Regarde, on y est arrivé..C'est l'endroit parfait pour organisé la fête d'anniversaire !
 
Luffy leva les yeux. Il fut impressionné par la beauté des lieux.Il sourit en retour à la rousse:- Allons voir !
 
Il entra sans plus attendre, espérant trouver des aliments tout aussi beaux. La rousse le rejoignit légèrement après. Elle enleva ce sourire forcé, son c½ur était serré depuis leur départ.
 
Le savoir avec elle la détruisait. Elle avait pourtant entièrement confiance en sa meilleure amie, et savait les sentiments qu'elle portait au technicien. Mais elle ne pouvait s'en empêcher, cette jalousie la rongeait depuis une éternité. La seule chose qu'elle pouvait faire était de faire comme si de rien était. Elle endurait.
 
Elle rejoignit le capitaine en soupirant, un sourire collé aux lèvres. Luffy s'extasiait devant chaque objet.


                                                                 *********
Zoro fit les cents pas sur le pont du bateau. Pratiquement tous les membres de l'équipage étaient rentrés à l'heure. Il attendit d'être seul avec le cuisto:-Qu'est-ce qu'ils sont allés foutre, encore ?
 
-Je croyais que tu n'en avais rien à faire d'elle...Faudrait savoir ce que tu dis, tête d'algue !
 
-Teme ! Je demande, parce que je m'inquiète de ce que pourrait faire cette sale sorcière à mon capitaine..
 
Le blond soupira en ouvrant un énième carton plein de nourriture :-Je t'interdis de parler d'elle comme ça !..
 
Il ferma les yeux en secouant la tête de droite à gauche:- Tu as déjà oublié..Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Robin-chwan...Luffy et Nami nous avaient dit qu'ils s'occuperaient de tout quand on arriverait sur la prochaine île..
 
Le bretteur fit comme si de rien était, la surprise se voyait malgré tout dans son seul ½il valide. Cela lui était entièrement sortit de la tête. Il sortit de la cuisine sans un mot de plus, le blond secoua la tête de droite à gauche :-Quel abruti..
 
Il finit de ranger les victuailles achetées sur l'île. Luffy et Nami le rejoignirent en toute discrétion, les mains pleines de sachets de vêtements.
 
La rousse lui sourit :- Sanji, nous avons réussi ! La salle est réservée, la fête commence à vingt-deux heures...Tout est en place !
 
Elle posa les nombreux sacs sur la table:-Il ne reste plus qu'à nous habiller, et à faire la surprise à Robin, s'extasia-t-elle. Ça va être génial !
 
Sanji sourit, il était content de la voir si heureuse. Il s'approcha d'elle, et mit ses mains sur ses épaules:-J'ai hâte de te voir dans ta robe...Vous allez être plus que ravissantes, toutes les deux!
 
Luffy ne prit pas part à la conversation, l'apparence physique n'était pas son sujet principal. Il préféra s'avancer vers les nombreux aliments.
 
Nami sortit de la cuisine en laissant le cuisinier affalé par terre, il avait une nouvelle fois laissé son imagination perverse prendre le dessus.
 
Elle entendit ses coéquipiers se disputer, ayant tous les deux des arguments très développés pour le bien de la nourriture. Luffy se retrouva éjecté de la cuisine.
 
                                                                  **********
Nami trouva l'archéologue dans la chambre, les yeux plongés dans un livre ancien.
 
-Il a fait la gueule toute la journée..Il ne pensait qu'à toi..Je pense qu'il n'a pas trop digéré le fait que tu sois partie seule avec Luffy.., dit-elle en riant, sans lever les yeux vers son amie.
 
-De quoi ?
 
-Je parle de Zoro...Tu sais, celui à qui tu passes ton temps à penser...Tu t'en souviens, au moins?
 
La rousse prit place à ses côtés en soupirant:-Peu importe...
 
La brune ferma son livre et le posa sur sa table de nuit. Elle se tourna vers son amie en désignant les achats de son index:-Pourquoi as-tu acheté tout ça ?
 
-On est passé devant une auberge, avec Luffy, où c'était écrit qu'il y aurait une exposition historique, ce soir...Ça commence à vingt-deux heures..On s'est juste dit que cela ne nous ferait pas de mal, sourit-elle.
 
L'archéologue ne vit que du feu au mensonge de son amie. Elle prit le sac qu'elle lui tendit, sortant une longue robe rouge foncé de celui-ci. Elle ouvrit légèrement la bouche devant la beauté de l'habit.
 
-Je me suis dit qu'elle te plairait...
 
-C'est le cas, merci...Elle est magnifique !..Tu me connais bien..
 
Elle rit légèrement en ouvrant le sac de son amie, une longue robe noire y était rangée:-Il faut dire que tu as du goût, ma chère !
 
La navigatrice sourit en lui tendant un énième sac:- Je suis flattée..Pourrais-tu donner ce costume à Zoro ?..Je ne l'ai pas vu.
 
-Il doit être dans la vigie..Je pense qu'il aimerait bien passer un peu de temps avec toi, tu devrais y aller.
 
Elle lui reposa l'habit sur les genoux. Son amie soupira:-Tu ne lâches jamais...
 
-Tu n'es pas mieux que moi, rit Robin.
 
                                                                   *********
La navigatrice s'arrêta devant la trappe de la vigie, sa main tremblante posée sur celle-ci. Elle ferma les yeux en soufflant, elle allait encore devoir cacher tous ses sentiments. Prendre sur elle.
 
Elle ouvrit rapidement la trappe, et monta sans la refermer. Le vert était devant elle, s'entraînant à faire des pompes. Une main sur le dos, l'autre fixée au sol, il leva la tête, surpris de la voir ici: -Nami ?
 
- Nous avons préparé la fête de Robin,ça commence dans deux heures, dit-elle rapidement.
 
Elle posa le sac contenant son costume devant lui:- Habille-toi, et fais comme si de rien était.
 
Le vert se leva, et posa une serviette sur sa tête. Il fixa l'habit à ses pieds:- Où sont les autres ?
 
-Dans leur cabine.
 
Il la regarda. Elle baissa les yeux, mal à l'aise.
 
-A plus tard, reprit-elle froidement.
 
Elle ne voulait rien laisser paraître. Elle fit demi-tour, s'apprêtant à s'en aller. Son corps entier se crispa en entendant des pas se diriger vers elle, lentement. Il la retint en lui prenant le poignet, désignant de son doigt le sac qu'elle tenait fermement. Elle se retourna vers lui, affrontant son regard et son sourire en coin si mystérieux.
 
-Tu veux que je t'aide à mettre ta robe?..
 
Elle voulut répliquer.
 
Il ne lui en laissa pas le temps, il remonta sa main le long de son bras,et , d'une lenteur presque frustrante, attrapa fermement sa nuque. Il la rapprocha de lui, leurs lèvres se frôlèrent presque.
 
-On a deux heures, non ?
 
Il l'embrassa ardemment. Elle laissa tomber sa robe et s'accrocha à ses épaules. Il la souleva, la tenant fermement autour de sa taille, et donna un coup de pied à la trappe. Un violent bruit se fit entendre lorsque celle-ci se claqua.
 
Nami recula, à bout de souffle. Ses mains plongèrent dans la chevelure de cet homme. Elle rougit devant l'intensité de son regard. Il lui caressa la joue:-Pourquoi j'ai l'impression que tu m'évites?
 
Elle sentit son c½ur se serrer:-Je ne t'évite pas.
 
-Tu mens.
 
-Non.
 
Il soupira:-T'es vraiment qu'une sorcière..
 
Elle lui donna une petite claque:-Et toi, une sale algue !
 
                                                    ******Love*******
 
Ils se sourirent légèrement. Zoro se pencha et l'embrassa, la rousse se colla un peu plus à lui.
Il fit parcourir sa main le long de son dos, la faisant soupirer de bien être. Elle lui mordit légèrement la lèvre inférieure. Il sourit:-Fais attention..Tu vas regretter ça..
 
Elle rit, plaçant ses mains des deux côtés de son visage. Elle l'embrassa plus profondément, caressant sensuellement la langue de son amant. Il répondit à ce baiser en grognant.
 
Il s'écarta, et se dirigea vers l'une des banquettes en lui embrassant longuement la fine chair de son coup. Il l'allongea doucement. Un soupir de plaisir traversa la barrière des lèvres de la navigatrice. Elle passa les mains sous le t-shirt noir du vert, moulant parfaitement ses nombreux muscles.
 
Il serra les dents. Elle lui enleva son haut et lui caressa le torse dans des mouvements lents et circulaires. Il lui releva le menton et l'embrassa violemment. Il la dominait de toute sa taille.
 
Elle gémit dans sa bouche. Ses jambes quittèrent la taille du vert pour parcourir le dos et les cuisses dures de celui-ci. Elle releva la tête et croisa son regard:-Zoro..
 
-Uhm ?
 
Il lui mordit le lobe de son oreille droite. Son souffle chaud la fit frissonner.
-Tu ne m'as jamais dit quand était ton anniversaire..Après toutes ces années..
 
Il fronça les sourcils:-Tu n'as pas besoin de le savoir.
 
Elle lui caressa la nuque en sentant ses baisers se diriger vers son décolleté. Elle sourit et ferma les yeux lorsqu'elle sentit les larmes monter. Elle ne devait pas montrer ou laisser ses sentiments prendre le dessus:-Si tu le dis..
 
Il rit pour toute réponse, accentuant inconsciemment la douleur de la rousse. Il la déshabilla rapidement, laissant son regard s 'attarder sur le corps de cette femme. Il enleva son pantalon encore plus rapidement.
 
Elle se crispa de désir en sentant les baisers de son amant sur elle. Elle répondit à ses caresses et l'embrassa fougueusement, lui arrachant un soupir.
 
Il rugit de plaisir lorsqu'il entra en elle,ils ne firent plus qu'un. La rousse emmêla ses doigts aux siens, il l'embrassa une nouvelle fois. Elle ferma les yeux, profitant de ses merveilleuses sensations. Ses mains se crispèrent de plaisir sur ceux de cet homme. Il accéléra petit à petit le rythme, les emmenant tous les deux dans un plaisir ultime.
 
Ils explosèrent en même temps, les lèvres scellées. Le vert se laissa tomber à ses côtés. Elle se blottit contre lui, et lui caressa doucement la joue.
 
                                                    ***********FIN LOVE***********
 
Il esquissa un bref sourire sans ouvrir les yeux. La rousse releva la tête en le sentant soupirer.
-Le 11 novembre..
 
Elle ne comprit pas instantanément :-Comment ?
 
Il ouvrit les yeux, et fixa le plafond:-Mon anniversaire..C'est le 11 novembre.
 
La rousse sentit son c½ur s'arrêter. Lui révélait-il un secret ? Cela ne devrait point lui faire autant plaisir. Elle s'appuya sur son torse, et déposa un baiser sur sa joue. Il plongea ses yeux dans les siens durant plusieurs secondes. Il se releva soudainement sur les coudes:-Faut qu'on y aille, déclara-t-il..L'autre abruti va pas tarder à nous appeler..
 
Le léger sourire de la rousse s'évapora ; elle savait qu'il ne voulait pas être vu en sa présence.
-Tu as raison, répondit-elle simplement.
 
Elle se leva, et se rhabilla rapidement. Elle tendit son bras pour ramasser le sac contenant sa robe en soupirant. Il retint une seconde fois son poignet en la voyant ouvrir la trappe:-Je dois aller m'habiller, on se verra plus tard..
 
Elle sourit faussement. Il hocha la tête sans la retenir plus longtemps,les sourcils froncés.
Il se retourna vers son costume en soupirant.
 
La rousse passa devant le cuisinier sans le remarquer. Il l'appela. Elle ne l'entendit pas, se dirigeant vers la salle de bain où elle s'enferma.
Le blond jeta son mégot de cigarette dans la mer en regardant amèrement la vigie. Les lumières étaient allumées. Il se jura de tuer cet abruti de bretteur.


La rousse s'effondra, glissant contre la porte de la grande pièce obscure. Elle mit ses mains sur ses yeux. Elle ne voulait plus verser de larmes pour lui. Elle savait qu'elle ne devait pas. Elle craqua pourtant, cédant à laisser une nouvelle fois dévaler les gouttes d'eau le long de ses joues.
 
Elle le haïssait mentalement, mais son c½ur était opposé à son esprit. Ses battements ne semblaient dire qu'une chose : le nom de cet homme.


-----------------------------------------------------------------
Avouez, la phrase "t'es aussi perdu dans tes sentiments que dans la rue" était TROP bien trouvée! XD J'espère que ce chapitre vous aura plu (je me suis éclatée à l'écrire XD), et n'hésitez pas à me dire si quelque chose ne va pas! Le prochain arrivera très rapidement, j'ai énormément d'idées! ^^
 

Tags : Fiction 2: Chapitre 2

Fiction 2: "Ma propriété". Chapitre 3 16/08/2017

 

 
                                                             Chapitre 3 :  "Agir avant de réfléchir"


 
Luffy sourit en voyant sa nakama danser en compagnie du Cyborg. Elle riait aux éclats. Il se retourna vers la table où était assit le reste de l'équipage, levant son verre de Rhum :-A notre archéologue !, hurla-t-il de rire.
 
-A Robin !, s'écrièrent-ils tous.
 
Des orchestres jouaient une musique joyeuse et rythmée, faisant danser les couples rapidement. Les éclats de rire fusaient, tandis que la seule lumière des bougies, accrochées à un lustre suspendu au haut plafond, éclairait la grande salle. La ville était éteinte, vide, sans vie, en manque des habitants endormis, et de ceux réunis dans la salle en compagnie de parfaits inconnus.
 
Francky fit sa pose habituelle, accompagnée de son mot favori. L'archéologue s'était écartée, portant son verre de vin à ses lèvres courbées en un sourire, les yeux pétillants. Sanji sourit en la voyant ainsi. Malgré tout, il était heureux de la voir comblée par le technicien.
 
La rousse discutait vaguement avec le canonnier du navire, riant des bêtises qu'il partageait avec le capitaine. Brook faisait le pitre en jouant du violon en compagnie des musiciens. Luffy l'encourageait en tapant des mains.
 
Le blond se retourna vers la navigatrice, elle semblait avoir retrouvé le sourire. Il lança un regard en coin au bretteur, se demandant ce qui avait bien pu se passer. Il ferma finalement les yeux et se leva, se dirigeant vers le buffet et ignorant son compagnon aux cheveux verts.
 
-Où est-ce que tu vas, Sanji ?, lança son capitaine à moitié bourré.
 
Il lui répondit en soupirant :-Chercher des boissons. Ne compte pas sur moi..Si tu veux à bouffer, t'as qu'à te lever.
 
-Tch..Radin !..Je voulais juste que tu me ramènes un petit sandwich !
 
Usopp se retint de rire :-Tu veux dire, tout le plateau de petits sandwich !
 
Sanji continua son chemin sans un mot de plus. Le bretteur sourit en coin en voyant son capitaine bouder. Il se pencha pour attraper la bouteille de Saké posée devant la cartographe. Celle-ci sembla faire la moral au brun. Il la regarda plus en détail. Sa robe noir moulait parfaitement ses formes généreuses. Il déglutit.
 
Le brun le sortit de sa rêverie:- Mais c'est pas de ma faute, si t'as commandé des plats aussi alléchants !
 
-Baka ! Tout ce que je dis, c'est que tu dois avoir cette discipline ! Ne pas manger tout ce que tu vois !, articula lentement la rousse, consciente de l'état mental actuel de l'homme caoutchouc.
 
Luffy ne dit rien de plus, il éclata de rire lorsqu' Usopp se leva pour danser au milieu des nombreuses personnes. Il le rejoignit, laissant la cartographe seule en compagnie du bretteur.
 
La rousse soupira, secouant la tête de droite à gauche. Elle sourit légèrement.
 
Ses doigts bougèrent nerveusement contre les parois du verre qu'elle tenait de ses deux mains. Elle sentait le regard pesant du vert sur elle. Elle ne voulait pas lui parler, ni le regarder. Elle en avait assez de souffrir. La force lui manquait.
 
Elle but une dernière gorgée du vin qu'elle avait soigneusement commandé selon les goûts de sa meilleure amie. Malgré la musique, un brusque bruit se fit entendre lorsqu'elle reposa son verre sur la table.
 
Le sabreur fronça les sourcils. Elle l'ignorait clairement.
 
La rousse appuya ses deux mains sur la table, et se leva, tournant le dos au vert et se dirigeant à son tour vers ses deux nakamas. Elle avait envie de s'amuser, de rire. Elle ne se retourna pas lorsqu'il l'appela.
 
Usopp l'accueillit les bras ouverts ; elle tapa légèrement ceux-ci de la main:- Dégage, crétin !
 
Elle éclata de rire en comprenant qu'il avait, lui aussi, perdu la moitié de ses esprits. Elle s'éloigna de ses deux coéquipiers en dansant au rythme de la musique. Elle se sentait respirer à nouveau.
 
Un jeune homme se plaça à ses côtés. Elle l'ignora jusqu'à ce qu'il l'interpelle:- Excusez-moi..Mademoiselle..
 
Elle tourna la tête vers lui. Il avait les cheveux courts et bouclés, d'un blond naturel.Son regard était posé sur elle, un léger sourire se formait à la commissure de ses lèvres. Il inspirait charme et crainte. Elle lui sourit finalement:-Puis-je vous aider ?
 
-On peut dire ça.., rit-il...Je ne vais pas passer par quatre chemins...Je vous trouve charmante..
 
Il tendit sa main droite dans sa direction :- M'accorderiez-vous une danse?..
 
La rousse ne put s'empêcher de rire. Rares étaient les personnes d'une telle franchise. Elle appréciait cela. Elle accepta silencieusement sa demande en posant sa main sur la sienne.
 
Sanji revint à leur table, un cocktail dans chaque main. Il fut surpris de ne pas y trouver la navigatrice. Il posa le verre qu'il lui avait prit à sa place. Ses yeux se posèrent sur le bretteur.
 
Celui-ci fixait un point invisible. Le blond suivit son regard, il aperçut finalement la rousse danser dans les bras d'un inconnu. Il fronça les sourcils, et serra le verre qu'il tenait en main.
 
Il fusilla le vert du regard. Celui-ci leva les yeux vers lui.Son regard était chargé de haine et de colère. Le blond comprit ce qu'il ressentait, il soupira finalement, et s'assit en face de lui.
 
-T'es vraiment qu'un abruti, tu sais..Tu finiras par la perdre, si tu ne mets pas ta fierté de merde de côté..
 
Zoro eut un rictus:- Je..Elle..Ce n'est pas la question !
 
-Alors, quoi ?..Hein ?
 
Le blond se pencha pour lui donner une tape sur la tête. Il se retint de lui envoyer un coup de pied en pleine face, ne voulant en aucun cas gâcher la fête de la brune. Il fut surpris de ne pas le voir réagir. Le vert fixait inlassablement chaque mouvement que la rousse effectuait en compagnie de cet homme.
 
Zoro grinça des dents lorsque la musique s'arrêta. Il avait toujours les mains sur sa taille. Il le pouvait rien dire. Il voulu se lever, le blond l'en empêcha:- Calme-toi...Elle fait ce qu'elle veut..Et tu t'en fiches, non ?
 
Il observa la réaction de son nakama. Ce dernier ne se rendait pas compte de l'intensité de son regard. Il eut un sourire amer, et haussa les épaules:- Ouais..T'as raison..Elle fait ce qu'elle veut....Même avoir le comportement d'une traînée.
 
La voix froide du vert fit grimacer le blond. Quand allait-il ouvrir les yeux, bon sang ?
Son coéquipier se leva lentement, buvant la dernière gorgée de sa précieuse bouteille. Il ne sursauta pas en sentant la main de l'archéologue se poser su son épaule:- Tu vas quelque part ?
 
-Je rentre au navire, répondit-il. Encore joyeux anniversaire, Robin... Éclate-toi bien.
 
Il lui sourit avant de se diriger vers la sortie de la salle. Il jeta un dernier regard vers la rousse, et claqua la grande porte en bois en s'en allant. Il prit un chemin au hasard.
 
Sanji soupira. Il se tourna vers la brune en souriant:
- Tout se passe bien, Robin-chwan ?
 
-Oui..Cette fête est fantastique!
 
Elle s'assit à la place du sabreur, et appuya son menton contre la paume de sa main. Elle fit un signe au bleu qui l'appelait,- elle ne tarderait point à le rejoindre- et observa son nakama:- Ça n'a pas l'air d'évoluer..Neh ?
 
Le blond sourit ironiquement en tapotant son verre de ses doigts:- Apparemment, non..Je ne sais pas vraiment ce qu'il se passe..Tout ce que nous pouvons faire, c'est espérer..
 
La brune rit en se relevant. La musique changea. Elle contourna la longue table ovale, et posa une main amicale sur son épaule:- Ne t'inquiète pas..Mon petit doigt me dit que ça finira bien..Il n'est pas si bête..Il sait ce qu'il se passe.
 
Elle le laissa pour rejoindre son amant. Il soupirant en secouant la tête de droite à gauche. Il espérait sincèrement qu'elle avait raison.
                                                            **********
Nami s'écarta de l'homme lorsque la musique changea. Ils s'inclinèrent poliment l'un devant l'autre. Elle sourit en s'écartant:- A une prochaine fois, monsieur..
 
-Appelez-moi par mon prénom, charmante demoiselle, répliqua-t-il,...Aguri..
 
Elle sourit en s'éloignant:- Nami..C'était un plaisir, Aguri..
 
Ils se sourirent une dernière fois, la rousse croisa sa meilleure amie. Celle-ci l'observa de cet air mystérieux qui lui allait si bien.
-Il est rentré au navire, Nami..Il est parti..Et tu sais pourquoi ?...Tu as dansé avec un autre que lui..A mon avis, tu en entendras parler..
 
La rousse s'arrêta instantanément de marcher. Son c½ur aussi.
 
Sa voix tremblait légèrement lorsqu'elle reprit:- Q-...Comment ça ?..
 
Elle déglutit. La brune sourit avant de s'éloigner en marchant lentement:- C'est simple, pourtant..
 
Nami resta quelques instants immobile. Elle apercevait les couples danser autour d'elle sans les voir.
 
Elle courut vers la sortie. Une envie, un besoin irrésistible de le voir s'empara violemment d'elle.
 
Elle n'avait tenu que quelques heures en l'ignorant, il n'était pas pour autant sorti de son esprit.


Elle ne prêta pas attention au blond lorsqu'elle passa devant lui. Celui-ci la regarda d'abord perplexe, puis un sourire se forma à la commissure de ses lèvres.
 
Malgré tout, il avait confiance en ce crétin.
                                                                    **********
La rousse arriva de longues minutes plus tard devant le navire. Son regard se posa sur les nombreuses vagues qui allaient et venaient en cognant la coque du bateau. Leur bruit apaisant la soulagea.
 
Elle prit une bouffée d'air, et monta à bord. Sa respiration se coupa à nouveau. Il était là, allongé sur l'herbe de la pelouse, les bras croisés derrière la tête.
 
Elle savait qu'il l'avait sentie. Cet homme avait beaucoup de capacités, qui l'avaient toujours impressionnée. Elle s'avança doucement vers lui, et s'assit silencieusement à ses côtés.
 
Il ne parla point, ses yeux étaient toujours fermés. Nami le dévisagea. Elle le trouva sublime.
Sa main droite se posa inconsciemment sur sa joue. Elle voulait le prendre dans ses bras, le sentir contre elle.
 
Elle sursauta lorsqu'il lui prit fermement le poignet:- Ne me touche pas, lança-t-il, la voix menaçante.
 
Elle frissonna. Son c½ur se pinça douloureusement, il ne l'avait même pas regardée. Elle éloigna vivement son poignet, et recula légèrement:- Zoro..?
 
Sa voix était prudente :-Tu veux en parler ?
 
Il se releva à l'aide de ses coudes. Le regard qu'il lui lança lui fit monter les larmes aux yeux. Il n'avait pas l'air d'y prêter attention:- Tu te fous de moi?
 
Le sabreur sourit ironiquement lorsqu'elle secoua la tête. Il se leva entièrement, elle l'imita.
 
-Laisse tomber...J'espère pour toi que tu as passé une belle soirée, avec ce type..
 
Malgré ses efforts, la rousse sentit la colère dans sa voix. Le vert se retourna, et se dirigea vers la vigie.
 
Elle plissa les yeux:- C'est parce que j'ai dansé avec lui, Zoro ?..C'est ça, ton problème ?
 
Il serra le poing, et s'arrêta de marcher. Il lui fit face.
 
-Mon problème ?..Sûrement pas...Après tout, c'est pas de ta faute..Si t'es une garce manipulatrice..
 
La rousse écarquilla les yeux. Ses paroles lui firent l'effet d'une gifle. Elle se retourna rapidement avant qu'une larme ne perle le long de sa joue. Elle s'appuya contre la rambarde, le vent frais de cette soirée fit voler ses longs cheveux roux.
 
Sa gorge était nouée jusqu'à lui faire mal:- Une garce manipulatrice ?..Tu ne me l'avais jamais sortie, celle-là...
 
Elle le sentit se rapprocher:- Il faut dire que tu es inspirante, question sales paroles...
 
La rousse baissa les yeux, elle se mordit la langue pour s'empêcher d'éclater en sanglots.
Qu'avait-elle espéré, au juste? Qu'il tombe fougueusement amoureux d'elle ?
 
Elle reprit ses esprits:- C'est toi, Zoro..Tu ne voulais pas de relation sérieuse..Alors je fais ce que je veux, que ça te plaise ou non.
 
Il y eut un court instant de silence, seul le bruit des vagues et le sifflement du vent frais se fit entendre.
 
La stupéfaction s'empara de la rousse lorsque le vert reprit d'une voix neutre:- C'est vrai, t'as raison..Tu fais ce que tu veux...Et tu sais quoi ?..Je n'ai plus envie d'avoir une quelconque relation avec toi..Tu me dégoûtes plus que n'importe quelle personne..Désormais, nous ne sommes plus que de simples nakamas. 


Les mains de la navigatrice se crispèrent contre la rambarde. Comptait-elle si peu pour lui ?
Une seconde larme coula, suivie de plusieurs autres.
 
Elle n'avait pas la force de lui répondre. Elle voulait le haïr. Il l'avait détruite.
 
Elle se retourna, et courut le plus vite possible. Elle passa devant lui sans le regarder. Elle n'avait qu'une envie : s'éloigner le plus vite possible de lui.
 
Le vert fronça les sourcils, il n'eut pas le temps de réagir. Il resta un instant immobile.
Il avait prit la bonne décision. Ce qu'elle faisait ne le regardait et ne l'intéressait en rien.
 
                                                               ************
Nami arriva devant l'auberge quelques minutes plus tard. Elle peinait à retrouver sa respiration. Ses jambes la faisaient atrocement souffrir.
 
Le son de la musique se faisait entendre, accompagné des rires des nombreuses personnes. La rousse s'assit contre le mur d'une ruelle à quelques pas.
 
Elle laissa tomber sa tête contre celui-ci, fermant ses yeux rougis de toutes ces larmes.
Les battements de son c½ur étaient irréguliers. Sa poitrine la faisait souffrir. Elle se remémorait douloureusement les paroles du vert.
 
«Tu me dégoûtes plus que n'importe quelle personne..»
Ses lèvres se pincèrent.
 
Elle ouvrit brusquement les yeux en entendant des bruits de pas. Son regard se figea.
 
La seule chose qu'elle put apercevoir fut une paire de chaussures noires devant ses pieds.
 
Dans l'une des nombreuses ruelles de ce village, couvert du boucan de cette fête mêlant joie et amusement, un puissant cri de terreur retentit.


-------------------------------------------------------


Ohayô, mes chers lecteurs!^^ Comment vous portez-vous? 
Voici, comme promis, le chapitre 3 de cette seconde fiction. Inattendu? J'espère qu'il vous aura plu..! N'hésitez surtout pas à me dire, honnêtement ^^, ce que vous en avez pensé. 


Le chapitre 4 ne devrait pas tarder!^^

Tags : Fiction 2: Chapitre 3